Je me souviens …

Typewriter_Luco
.
En passant hier devant une vitrine de la rue Monsieur le Prince, je me suis rappelé ces machines d’avant le web… Avec leurs rubans à bande rouge dont l’encre séchait progressivement mais qu’on faisait durer le plus longtemps possible… Et le fin papier pelure jaune qui permettait – en intercalant des pages de papier carbone qui salissaient les doigts – de faire quelques copies de moins en moins lisibles … Et leur beau cliquetis… Et aussi les points en fin de phrases qui parfois trouaient carrément le papier … Nostalgie du temps où les caractères s’incrustaient dans le papier…

Nostalgie du temps où les caractères s’incrustaient dans le papier…

machine_a_ecrire2
.
Le clavier de mon ordi merdait ce matin. Du coup j’ai repensé à cette photo que j’avais faite en 2003. Nostalgie immense

Quand les caractères s’incrustaient dans le papier…

machine_a_ecrire.jpg

Je suis en train de lire Baltiques, des poèmes de Tomas Tranströmer et tombe sur cette phrase :

“Je regardai le ciel et le sol et tout droit ; et j’écris depuis lors une longue lettre aux morts sur une machine qui n’a pas de ruban, seule une ligne d’horizon ; ainsi, les mots cognent en vain et rien ne reste”.

Du coup je me relève et sors ma vieille Corona que je n’avais pas utilisée depuis des siècles. J’enlève la poussière, le ruban est complètement usé, je tape un mot. Merveille oubliée : dans une splendide claque métallique, les caractères viennent s’enfoncer profondément dans le papier comme des pattes d’oiseaux sur la neige…
C’est ce qui me manque le plus sur mon Mac : que ce soit une machine qui n’ait pas de ruban… Que les lettres ne puissent pas s’incruster dans le papier, qu’on ne sente pas que ça s’enfonce dans quelque chose… Rien : un pauvre cliquetis sans profondeur sur un écran RVB. C’était mieux avant, non ? Et ce qui manque aussi c’est le “retour-charriot”, le plaisir de pousser le chariot d’un geste vif en bout de ligne, avec la petite clochette…Allez, faut arrêter la nostalgie… Je vais aller me faire un café.

Quelques bouts de nostalgie

Nostalgie des coquelicots et du sourire de la petite boulangère
Mesurer le temps et sa vie en matins
Nostalgie des temps heureux
Remonter le temps en rentrant dans les tableaux
Nostalgie des petits villages
Quand les caractères s’incrustaient dans le papier

%d bloggers like this: