Je vais peut-être me transformer en flamand rose !


Ce soir – encore – riz et lait de coco et espelette. Mais alors vraiment beaucoup d’espelette, carrément vraiment rouge le riz ! Ce qui me rappelle un truc bizarre que j’avais lu à l’époque sur les flamands roses qui disait que les flamands étaient roses parce qu’ils bouffaient des crevettes roses, qui elles-même s’enfilaient des algues carténoïdes…

Ma grand mère disait toujours : on devient ce qu’on mange... Je vais donc peut-être devenir flamand rose ? Vous me direz qu’avec ce que j’ai mangé quand j’étais petit j’ai du souci à me faire. Et avec ce que je mange en ce moment (beaucoup de brocolis, énormément de brocolis), je risque carrément tourner au vert. Je verrai ce qu’ils diront demain au bureau.

En tout cas faites bien attention à ce que vous mangez : si vous mangez des sucres d’orge, vous allez devenir à rayures et alors bonjour l’allure le lendemain dans la rue. Vaut peut-être encore mieux manger des crevettes et passer pour un flamand rose, non ?
YOU ARE WHAT YOU EAT !

© Richard Cummins

une vraie crise de lait de coco et d’espelette en ce moment…

Ce que j’ai fait de mes vacances ?


[octobre 2004]
Pas fait grand chose justement.
1 – Trop mangé
2 – Marché sur la plage (pas assez)
3 – Lu Cioran (beaucoup)
4 – Trop mangé
5 – Ecrit à Jacqueline de Romilly
6 – Ramassé des coquillages (roses, striés et nacrés)
7 – Trop mangé (crabes)
8 – Promené Ruffle et Baba
9 – Réfléchi à l’avenir (trop)
10 – Pesté contre le Gouvernement (à propos du lamentable couac des pensions de reconversion des veuves. Pitoyable d’être aussi nul)
11 – Lu (Claude Roy)
12 – Pensé que Dieu est grand (la mer, les vagues, les mouettes, les coquillages, les ciels immenses… Carrément grand d’avoir créé tout ça)
13 – Trop mangé
14 – Regardé les vagues pendant des heures (on m’explique depuis que je suis pétit que les marées c’est la lune mais je ne le crois pas :-)
15 – Lu (des CSS pour le web)
16 – Trop mangé
17 – Pesté contre les hôtels sans bornes WiFi
18 – Réfléchi à une lubie financière de mon père
19 – Décidé de ne plus manger autant
20 – Regardé le ciel et les nuages pendant des heures
21 – Réfléchi à un scénario de film
22 – Trop mangé
23 – Lu
24 – Cherché partout un cordon USB pour mon appareil de photo
25 – Fait couler du sable entre mes doigts (jamais vu un sable aussi fin).
26 – Lu (Aragon)
27 – Pensé que les églises devraient être pleines de gens à genoux rendant grâce pour la beauté du monde et de la Création.
28 – Trop mangé
29 – Marché sur la plage (pas assez).
30 – Décidé d’écrire une nouvelle Antigone (ou un “Polynice & Etéocle”)
32 – Pensé que Dieu était grand (les bleus, les verts, les gris, les vagues, les ciels d’orage…)
32 – Lu (Philippe Jaccottet)
33 – Regardé les cerfs-volant et trouvé que le vent était immense lui aussi
34 – Trouvé que les curés parlaient trop mais pas assez de la Création
35 – Fait plein de photos nulles, dont (sais pas pourquoi) l’armoire et la fenêtre de la chambre d’hôtel…
36 – Trop mangé …
… da Capo

Ce que j’aurais aimé faire de mes vacances sans maman et sans alzheimer :
– marcher (beaucoup plus)
– courir (beaucoup)
– manger moins (beaucoup moins)
– ne penser à rien… (“retombe, retombe, ma tête, assez joué au bilboquet”)
… da Capo

Mon imagination me perdra (1)
Mon imagination me perdra (2)
Mon imagination me perdra (3)
Les voyages imaginaires dans mon assiette

Je deviens carrément obèse !

rene2.jpgA déjeuner, René (ci-contre) me dit : “il faut manger le matin comme un Roi ; à midi comme un Prince et le soir comme un mendiant”. Parfait, mais il commence royalement par m’offrir des huîtres, ensuite des tartares etc… Bref le Prince a été couronné Roi très vite et comme le soir maman n’avait pas prévu que je dîne comme un mendiant, j’ai du prendre vingt kilos dans la journée. Mais cela m’a fait plaisir, merci René ! Bon, l’information n’est pas intéressante et ne relève sans doute pas d’un blog de haut niveau mais c’est comme ça: je mange beaucoup trop. Quand je suis tendu, je mange pour me calmer les nerfs. Et quand je suis calmé je mange encore plus mais j’ai moins de scrupules. Bref, je mange tout le temps pour ne pas trop déprimer; c’est ma façon de calmer l’angoisse existentielle en ce moment. En allemand c’est d’ailleurs le même son qui exprime d’un homme qu’il mange et qu’il existe : er is(s)t. Comme si en anglais on disait : to be(eat) or not to be.

%d bloggers like this: