“Suspension d’activité par suite d’ennui mortel de l’intéressé”

mishima
.
Dans une lettre à Kawabata (datée du 17 octobre 1953) Mishima écrit :

“Quant à moi, j’en ai par dessus la tête de Shufu no tomo [un roman qu’il faisait paraitre en feuilleton dans une revue féminine] (…)

du coup je songe à faire publier par l’éditeur une annonce qui dirait :
“Suspension du feuilleton par suite d’ennui mortel de l’auteur”

J’en ai tellement marre des gens que je vois merder à mon bureau que je crois bien que je vais faire comme Kawabata : écrire à mon Directeur et lui demander une “suspension de mon activité par suite d’ennui mortel de l’intéressé”.

L’espoir des pruniers en fleurs après les bombardements

“Tokyo n’est plus, elle aussi, qu’un champ de ruines et, devant la recrudescence du froid, les pruniers de la capitale, à peine en fleur, se flétrissent déjà, perdant peu à peu leur fraîcheur annonciatrice de printemps”

Lettre de Mishima à Kawabata, datée du 16 mars 1945 [le 9 mars venait d’avoir lieu à Tokyo l’un des bombardements aériens les plus dévastateurs de la seconde guerre mondiale]

[Correspondance qui s’étend sur plus de vingt-cinq ans (1945-1970) entre deux hommes a priori très différents mais qu’un indéfectible lien unissait et dont le suicide, à deux ans d’intervalle, révèle l’étrange ressemblance…]

%d bloggers like this: