“Et où sont tes ailes d’or, tes sandales rouges, ton glaive ?

– Le premier petit animal qui se présenta à la porte du Paradis fut l’escargot.
Saint Pierre se pencha et le caressa du bout de son bâton :
– “Que viens-tu chercher ici, mon petit escargot ?” lui dit-il ?
L’immortalité répondit l’escargot.
Pierre éclata de rire.
– “L’immortalité ! Et qu’est-ce-que tu en feras, toi, de l’immortalité ?”
Ne ris pas, répliqua l’escargot. Ne suis-je pas une créature de Dieu, moi aussi ? Ne suis-je pas un fils de Dieu, comme l’archange Michel ! Je suis L’ARCHANGE ESCARGOT, voilà !
– “Et où sont tes ailes d’or, tes sandales rouges, ton glaive ?
Ils sont au-dedans de moi. Ils dorment, ils attendent.
– “Qu’attendent-ils donc ?”
Le Grand moment
– “Quel Grand Moment ?”
Celui-ci répondit l’escargot.
Et le temps de dire “celui-ci”, il fît un grand saut et entra dans le Paradis.
Nous sommes les escargots. Au-dedans de nous dorment les ailes et le glaive et, si nous voulons entrer au Paradis, il nous faut faire le saut. Allons, vas-y, mon athlète, saute !”

Le Pauvre d’Assise – 1956 – Nikos Kazantzaki

Un texte de Kazantzaki que je trouve renversant de beauté
Toutefois, je vous assure que…
Parfumer les ragoûts à la Légion d’honneur

%d bloggers like this: