Valeant qui discidium volunt !


C’est un immeuble juste à côté de chez maman et je n’avais pourtant jamais remarqué cette inscription latine au-dessus de la porte. N’ayant pas de Gaffiot sous la main, j’appelle aussitôt à l’aide Josué qui, par retour de courrier, me donne cette explication érudite : “ça semble être inspiré de Térence, Andrienne, Acte IV, sc. 2, v 696-697: “…valeant, qui inter nos discidium volunt…” ce que Jules Marouzeau (Budé, Belles-lettres, 1942 (5e tirage, 1979)) traduit: “au diable ceux qui veulent la rupture entre nous”. Les autres traductions ne contredisent pas cette version. Et ton “dissidium” est une variante très courante de discidium. Ce serait donc quelquechose comme: hors d’ici (ou qu’ils partent, qu’ils sortent) ceux qui veulent la discorde (la séparation, la rupture, etc)”.

Merci Josué ! Il y a des organismes que je connais, et des partis politiques qui devraient s’en inspirer et écrire ça en énorme au-dessus de leur porte d’entrée ! Dehors ceux qui viennent foutre la merde !

%d bloggers like this: