In Memoriam…

Hier soir, réunion importante pour mon avenir professionnel. En sortant, au coin de la rue, j’ai vu, senti, imaginé, ressenti, cru voir ma tête comme ça :


Mais, curieusement, ça ne me faisait pas mal du tout ; je veux dire que voir ma tête posée comme ça, par terre, me procurait comme une sorte de détachement (c’est le cas de le dire) et de soulagement d’ordre spirituel. C’était indolore tellement ma tête était fatiguée d’avoir eu, ces derniers mois, à affronter tant et tant d’inertie bureaucratique et de mauvaise foi. Là, ce combat au moins est terminé. Je pense que Van Gogh a du ressentir quelque chose de similaire lorsqu’il s’est coupé l’oreille gauche après une violente dispute avec Paul Gauguin le 24 décembre 1888 (*). Couper l’oreille… couper la tête… même sentiment, comment dire ? d’immense soulagement intérieur et existentiel …

J’ai déjà connu ce sentiment

© PaulAlmasy

(*) Je vois que j’ai aussi un problème avec le 24 décembre : mort de switchie ; et dernière petite fenêtre des calendriers de l’Avent
Clac, clac, je vais te couper la tête !

Et si je cassais carrément les aiguilles ?

horloge02
.
Dans la course à la montre contre Alzheimer, c’est évidemment alzheimer qui va gagner. C’est une course terrible où, avec chaque jour qui passe, le temps devient de plus en plus court, de plus en plus serré, de plus en plus stressant. Du coup je repense souvent au temps où j’avais le TEMPS de profiter de la vie, au temps où la vie s’écoulait lentement… Au temps où j’étais heureux en fait.

A Sienne, dans cette sublime petite ville italienne où j’aimais tant aller, il y a sur l’inoubliable Piazza del Campo, l’imposante Torre de la Mangia. Et, à mi-hauteur, une horloge qui a la particularité rare de ne pas avoir d’aiguille pour les minutes. Juste celle des heures, qui ne bouge donc pratiquement pas. Le temps sans les minutes s’écoule lentement et vous donne le temps de vivre : on se lève le matin pour prendre un premier café à un bout de la place ovale, le soleil est doux et doré comme un croissant; dès qu’il tourne, on change de café pour suivre ses rayons et on prend un autre capuccino. Vers l’heure de l’apéritif
Continue reading

Y a pas que les pingouins dans la vie …

pingouins2.jpg Dans Le Monde d’hier soir, une magnifique photo de pingouins au milieu de somptueux glaciers bleutés de l’Antarctique et un article qui dit qu’un arsenal de textes a fait du continent blanc “une terre vouée à la paix et préservée de tous les dangers”. Et ma question c’est : pourquoi est ce qu’on n’étend pas ce statut protecteur à mon arrondissement et plus précisément à la rue de l’Etoile filante où j’habite ? Puisque c’est exactement ce qu’on réclame : la paix. Et d’ailleurs – allez, je suis bon prince ce soir – pourquoi ne pas étendre carrément ce statut à toute la planète bleue ? Y a vraiment des trucs que je ne pige pas. Qu’est ce que je fait ? j’écris au secrétaire général des Nations-Unies ou je vais rejoindre les pingouins ?

%d bloggers like this: