Ne plus perdre une seconde à des activités futiles !

sousmarin1.jpg

Beaucoup de gens, complètement désabusés, disent qu’il n’y a plus d’aventure possible aujourd’hui dans un monde désormais totalement connu et inventorié. Qu’il n’y aurait plus qu’à aller chercher des cailloux sur la lune ou sur mars. Ou regarder des matches de foot à la télé… Eh bien il y a quelqu’un qui nous dit le contraire : qu’au début du XXIe siècle les deux-tiers de la planète sont encore inexplorés ; notamment les océans qui occupent près de 99% de la planète… Elle s’appelle Claire Nouvian, et les océans elle les parcourt depuis plus de dix ans pour photographier la faune sous-marine. Et ce qu’elle a vu est tout simplement magnifique.

claire_nouvian.jpg Mon projet, nous dit Claire, a totalement bouleversé ma relation au temps : je ne veux plus perdre une seconde à des activités futiles quand il y a tant et tant de choses passionnantes et utiles à accomplir.

Ah ça fait du bien d’entendre ça quand on se lève le samedi matin !

Vous pouvez voir d’autres photos étonnantes sur son site.

Photo : Chondrochladia lampadiglobus. Profondeur : 2600-3000 m. Hauteur : 50 cm © 2003 MBARI

Tomber amoureux dans une gare de triage !

gare_migennes2
.
Comme chacun sait, la gare de Laroche-Migennes est une gare de triage célèbre parce qu’elle fut longtemps un noeud ferroviaire et un véritable carrefour à la grande époque où les machines étaient encore à vapeur. Comme la gare était à égale distance de Dijon et de Paris, c’était là que se faisait l’échange des locomotives qui tiraient la langue et s’arrêtaient toutes là parce qu’elles qu’il fallait les réalimenter en charbon et en eau…

Bon, c’est ce que me racontait mon grand-père mais ce n’est pas la raison pour laquelle je vous en parle. C’est parce qu’hier Dominique m’a dit que Pauline avait un chagrin d’amour. Et que ça m’a rappelé ce que disait Jules Renard – quelque part dans son Journal.

Il disait qu’il fallait toujours emmener la personne dont on était fou amoureux dans un petit hôtel, dans une toute petite ville de province et si possible dans une chambre au-dessus d’une gare de triage. Et que si votre amour résistait à la laideur du lieu et au sifflement des locomotives, vous pouviez fonder quelque espoir sur sa solidité !

Je n’ai évidemment jamais suivi les conseils de Jules Renard mais chaque fois que je pense aux gens qui tombent amoureux je pense à la gare de triage de Laroche-Migenne. Pas très romantique je le reconnais !

NB. Jules Renard n’a évidemment parlé ni de gare de triage ni de Laroche-Migennes ; c’est moi qui le rajoute parce que je trouve que ça fait plus couleur locale et que ça m’amuse. Imaginez une sorte d’Hôtel du Nord poisseux dans un brouillard de charbon mouillé, de vapeur d’eau moite et de sifflement de locomotives suintant la suie… Bonjour la nuit ! Avec Arletty je me suicide carrément ; mais avec Audrey Hepburn je crois que le petit déjeuner serait radieux ;-) Finalement il n’est pas si bête ce Jules Renard : ça permet vraiment de voir avec qui on survit au quotidien. Ensuite – si ça s’est bien passé là – ce sera carrément le bonheur partout, n’importe où !

Hôtels de Laroche-Migennes si vous voulez essayer ! Mais ne dites surtout pas que vous venez de ma part ! Et lisez d’abord Jules Renard car si je me suis trompé ça la fout mal !

Sinon vous avez aussi l’Hôtel Matignon :-)

Wikipedia – la gare de Laroche-Migennes

%d bloggers like this: