Virevoltant comme deux petits papillons…

sokolov.jpg

Hier soir pour me dénouer les nerfs, j’ai regardé longtemps les mains de Grigory Sokolov jouant “les Maillotins” de François Couperin. Regardez-les : on dirait deux petits papillons virevoltant d’une touche à l’autre ! Deux minutes vingt-deux secondes de pur bonheur !
Merci Lydie et Enes pour le DVD !


2′:22″ sur YouTube

Les petits sparadraps d’Alfred Brendel…

brendel_doigts.jpg

Hier soir j’ai relu quelques “Je me souviens….” de George Pérec.
Moi je me souviendrai … des doigts totalement recouverts de sparadrap d’Alfred Brendel… J’aurais passé les meilleurs moments de ma vie à écouter les deuxièmes mouvements des dernières sonates de Joseph Haydn (surtout les n°34, n°48, n°49, n°50 et n°52, n°20…) que j’avais mis bout à bout sur des CD pour pouvoir les écouter littéralement en boucle. Elles ont défilé dans ma tête pendant des années. Et encore aujourd’hui (où j’ai moi aussi des petits bouts de sparadrap partout dans le cerveau à cause d’alzheimer) je ne me lasse pas de les écouter (sur un iPod maintenant). Et parfois même, quand il y a du soleil le matin au Jardin du Luxembourg, je les confonds avec l’automne…

J’appartiens au monde d’avant la pomme
Je n’ai pas dû naître en août mais en fa mineur
Musiques…
Haydn, Ariana a Naxos
Heureusement que ça existe … (BWV170)
Structure et organisation le week-end (BWV 63)

Et le piano de Brahms ? oui évidemment !

glenn_Gould_wonder
.
Le plus souvent, les gens associent le nom de Glenn Gould à Jean Sebastian Bach (dont je déteste les enregistrements ; c’est sans doute impressionnant sur la plan de la structure aux “rayon X”, mais ça n’a aucun sens musical comme le démontre, dès les premières notes, son Aria des Goldberg…

Ce qu’il a fait de mieux ce n’est pas Bach mais Byrd et Gibbons, les dernières sonates de Haydn, les pièces de Richard Strauss et le piano de Brahms (et encore, je préfère Julius Katchen). Voilà, c’est dit, je ne supporte pas vraiment Glenn Gould.

En tout cas il a dit parfois des choses tout à fait intéressantes – notamment cette phrase que je trouve magnifique :

“The purpose of art is not the release of a momentary ejection of adrenalin, but rather the gradual, lifelong construction of a state of wonder and serenity”.

En français ça donne :

“Le but de l’art n’est pas de libérer une soudaine éjection d’adrénalnine, mais c’est plutôt la construction progressive, sur la durée d’une vie, d’un état d’émerveillement et de sérénité”

C’est beau non ?

Mon Dieu, heureusement que ça existe !
L’émerveillement : pas seulement un court passage entre ignorance et connaissance…

%d bloggers like this: