Où sont les oiseaux et leurs messages ?

pigeonnier
.
C@t, qui sait que j’aime les oiseaux, m’envoie cette photo d’un beau pigeonnier du XVIIIe dans la propriété de son amie à Dolomieu, et se demande où sont les oiseaux et leurs messages ?

Des ribambelles et des ribambelles d’oiseaux : Continue reading

Appartement orienté plein sud, soleil, vue imprenable sur Dôme…

pigeon.jpg Pendant tout le dimanche de Pentecôte, un pigeon n’a pas arrêté de faire des aller-retours pour construire un nid dans un des trous de la grande grue du chantier en bas de chez maman. Il déposait ses brindilles, allait en chercher d’autres, repartait, revenait… Le manège a duré des heures. Lundi de Pentecôte, il a du dire à madame pigeon : “voilà, chérie, nid terminé, regarde : vue imprenable sur le Dôme des Invalides”. Manque de pot, aujourd’hui c’est mardi, les travaux vont reprendre, la grue va se remettre à tourner et le pigeon va se rendre compte qu’il a fait son nid sur une girouette. Avec vue sur la Tour Montparnasse ou le Conseil régional. Comme si moi je choisissais un appart avec vue plein sud ou sur un jardin. Et le lendemain, pouf, l’immeuble pivote et les fenêtres donnent toutes vers le nord ou sur une gare de triage ? Arrrgggghhh. N’importe comment si l’immeuble se met à tourner comme la grue, moi je me casse. J’ai trop de vertige !

La mauvaise monnaie chasse toujours la bonne

etourneauxx.gif Comme vous n’avez peut-être pas accès à l’intranet de la BN, je continue de vous tenir informés de la grande épopée des étourneaux du jardin de la bibliothèque François Mitterrand. Si vous avez suivi l’épisode précédent (24 janvier 2004 – “Va y avoir du rififi dans les rues de Paris !”), vous savez que nous en étions à 25 000 étourneaux qui, après le passage des fauconniers en janvier, auraient quitté définitivement le jardin. Manque de pot, ils auraient en partant laissé la place à 900 pigeons ramiers qui continueraient à foutre la merde dans le jardin en chiant leurs déjections et en torpillant la bio-diversité du site ! C’est le communiqué de la BN qui le dit, pas moi qui trouve plutôt sympathiques les étourneaux et les pigeons ramiers, mais bon, à la BnF ils n’aiment pas ça et aujourd’hui (25 février) la brigade infernale composée du faucon Lanier et des trois buses de Harris a encore du intervenir à la tombée de la nuit pour les mettre en fuite…

C’était “Attendez-vous à savoir”, la chronique régulière de Geneviève Tabouis, notre correspondante permanente sur le site François Mitterrand.

Va y avoir du rififi dans les rues de Paris
Les étourneaux sont de retour à la BNF

Les pigeons musiciens de Pékin

‘>pigeons_chine01.jpg “La grande récréation de ma vie à Pékin était d’aller retrouver mon ami Lan pendant les week-ends. Nous nous promenions, un dimanche matin, quand il me demanda: “Entends-tu ?”. Je ne percevais que le brouhaha des embouteillages. “N’entends-tu pas les pigeons musiciens dans le ciel ?”. Je levai la tête et ne vis rien. “Allons prendre une tasse de thé et je te raconterai”. On trouve à Pekin, des amateurs qui élèvent des pigeons musiciens et leur attachent aux pattes de minuscules sifflets. Quand les cages sont ouvertes, ils s’envolent et, selon la forme des sifflets et les arabesques qu’ils dessinent dans le ciel, se crée une véritable symphonie où chacun joue sa partition ; chaque sifflet est comme un instrument de musique différent. Ces chefs d’orchestre-éleveurs de pigeons organisent des concours récompensant celui qui possède la formation d’oiseaux capable de produire les plus jolies mélodies.” Par la suite, j’ai reconnu ces sons particuliers parmi le bruits de la ville et, chaque fois que je les entendais, je m’arrêtais pour les écouter.
Lorsque je visitai la maison-musée du grand acteur d’opéra Mei Lanfang, j’appris que lui aussi élevait des pigeons, mais dans un autre but : il suivait leurs évolutions dans l’air pour entraîner les muscles de ses yeux car un acteur doit exprimer les sentiments avant tout par les jeux du regard”.

Extrait de “Passagère du Silence” de Fabienne Verdier.

La tranmission du silence
On exige du sanglier, de la loutre et du blaireau
Exposition le 4 novembre

Mais où sont passés les moineaux ?

comptage_moineaux-2
.
Bon, il y a évidemment beaucoup trop de pigeons mais le vrai problème c’est les moineaux ! Les effectifs des deux principales espèces (le moineau domestique et le moineau friquet) ont parait-il chuté de plus de 50% au cours des vingt dernières années. Les ornithologues du Muséum étudient le phénomène scientifiquement mais je le constate tous les jours dans les rues de Paris : il n’y a carrément plus de moineaux ! Donc c’est clair faudrait réagir, mais personne ne bouge. Les gens du Muséum disent que la disparition du moineau est liée à la pollution, aux herbicides, aux insecticides et aussi à l’essence sans plomb (benzène et éther etc). Dans toutes les revues scientifiques ils disent que “leur déclin est une forme d’avertissement pour l’homme et bla bla bla”. Mais personne ne bouge. Ils attendent quoi tous ces ploucs ? Arggghhhh !

PS : le rapport avec les pigeons dans tout ça ? Eh bien il y en a trop, beaucoup trop. Tellement trop que s’il y en avait moins on verrait mieux les moineaux ! Voilà le rapport.

%d bloggers like this: