Quand on a raison trente ans avant les autres on passe pour avoir tort pendant trente ans

hunawihr2.jpg A la radio, je les entend jacasser [on est en 2007] sur le Grenelle de l’Environnement et je pense avec nostalgie aux petits villages qu’il y avait quand j’étais haut comme trois pommes.

Des petits villages alsaciens pas plus grands que des maisons de poupées et où il faisait bon vivre. Il n’y avait pas de pollution, pas d’OGM, pas de pesticides et pas de centrales nucléaires. Mais il y avait des coquelicots et des bleuets dans les champs de blé. Et il y avait des oiseaux et des abeilles, des renards et des hérissons et aussi des hannetons dans les marronniers. La vie était douce et ça sentait bon le vignoble ensoleillé et les animaux dans les cours de ferme. Le pain ne séchait pas en une journée et il n’y avait pas de date de fraîcheur sur les oeufs. Les poulets qu’on mangeait n’étaient pas élevés hors sol, il y avait des cigognes sur le toit de l’église et il faisait beau et chaud en juin.

Il n’y avait pas de RER, pas de banlieues, pas de tag, pas de violence et pas de chômeurs. L’hiver, tout était recouvert de neige, mais il n’y avait pas de Plan grand froid ni de SDF. Il y avait des corbeaux noirs sur le blanc des champs comme dans les toiles de Breughel et on faisait des bonshommes de neige avec deux charbons pour les yeux et une carotte pour le nez. C’étaient des petits villages qui tenaient dans la paume de la main, il n’y avait pas de grands médias mais les enfants pouvaient faire de la luge et nos oncles jouaient des quatuors à corde dans des pièces qui sentaient bon la cire d’abeille et la colophane. Le dimanche il y avait des kugelhopf, à Pâques on cachait des oeufs peints dans les arbres, à Noël les gens chantaient minuit chrétien dans des petites églises où on se les gelait.

C’était avant que n’arrivent ceux qui ont tout détraqué. Ceux-là même qui, quarante ans après, nous font le coup du Grenelle de l’Environnement avec des trémolos écologistes dans la voix. La vraie question est : si c’est pour dire maintenant que ce n’était pas bien de le faire, pourquoi est ce qu’ils l’ont fait ? J’aurais pu leur dire, s’ils me l’avaient demandé, qu’ils abimaient la planète de façon irrémédiable. Mais ils ricanaient en se moquant des petits villages fleuris et ont tout recouvert de supermarchés, d’hypermarchés, de conforama, de pompes à essences et de centres commerciaux hideux. Ils ont construit des tours qui sont de vrais clapiers où ils ont entassé les gens en défigurant les villes jusqu’à avoir envie de vomir tellement c’est laid. Maintenant quand on quitte une banlieue de merde on rentre sans transition dans la banlieue de merde de la ville suivante. Et les cigognes n’ont plus de grenouilles à manger et comme les églises ne sont plus chauffées, elles se gèlent les fesses.

Voilà, c’était mon petit couplet nostalgique et réactionnaire. Vous me connaissez maintenant : vous savez que j’exagère toujours un peu ! Mais eux aussi ont éxagéré en massacrant la planète. Vous savez quoi ? Je les hais !


Quelques bouts de nostalgie

Nostalgie des coquelicots et du sourire de la petite boulangère
Mesurer le temps et sa vie en matins
Nostalgie des temps heureux
Remonter le temps en rentrant dans les tableaux
Quand les caractères s’incrustaient dans le papier

J’irai le dire samedi matin aux abeilles du Luxembourg !


J’apprends dans le Monde que l’insecticide Régent fabriqué par la société chimique BASF Agro – et mortel pour les abeilles – a été interdit et que le PDG de BASF était mis en examen. Il aurait fallu prendre cette mesure conservatoire depuis des mois et des mois pour éviter l’hécatombe de millions d’abeilles, mais comme toujours en France, on a attendu que la catastrophe soit irréparable pour réagir. Mais bon, quelquie chose est en train de bouger et c’est une bonne nouvelle. Ce week end j’irai le dire à mes copines les abeilles du Jardin du Luxembourg. Je ne parle pas bien abeille mais je suis sûr qu’elles seront contentes de pouvoir se réjouir avec moi.

Le ministre de l’agriculture annonce que, pour cette saison de semences, les vieux stocks de graines enrobées de l’insecticide mortel pourront néanmoins être écoulés. C’est marrant, j’avais entendu exactement la même phrase pour le sang contaminé. On avait alors aussi écoulé les vieux stocks de poches de sang mortel ! C’est drôle que la même phrase ne fasse pas tilt dans l’oreille du ministre ?

Virgile reviens, ils sont devenus fous !

Virgile, reviens, ils sont devenus fous !

abeilles_ruches.jpg
Je lis, dans le Monde de ce soir, que le Parlement européen allait (enfin) soutenir les apiculteurs dans leur combat contre l’insecticide Gaucho, responsable depuis des mois d’une véritable hécatombe de milliers d’abeilles. Le Régent – autre insecticide concurrent du Gaucho – décime également les abeilles (des analyses ont montré la présence en grande quantité, dans le tube digestif des abeilles mortes, de fipronil, la mollécule active du Régent). Des milliers d’abeilles meurent donc mais je n’entends pas parler d’un moratoire, ni même d’un refus explicite d’autorisation de mise sur le marché (AMM). Pire, j’apprends que, pour traiter 25 000 décisions d’AMM par an, il n’y a que trois fonctionnaires, ce qui fait donc par fonctionnaire – je prends ma calculette – 32 décisions par jour ! Quand toutes les abeilles seront mortes les politiques auront des trémolos dans la voix et ils nous feront un “grand plan de sauvetage des abeilles” ! Mais il ne restera plus que des bourdons, des rats et des pigeons… Il n’y a déjà presque plus de moineaux….

13/10/2003 :: 13:57 – A propos de la disparition des abeilles au Nepal ou au Tibet, Anne-Marie Ducroux me parle d’une photo qui l’a touchée – et sa description me touche à mon tour – montrant des habitants qui, tous les jours, n’ont plus d’autre solution que … de pollenniser eux-mêmes toutes les fleurs, une par une, à la main, avec leur petit sac de pollen en bandoulière … Chaque fleur, de fleur en fleur, comme des papillons… Le coeur se serre.

J’irai le dire aux abeilles du luxembourg

Ruches en février – Les très riches heures du Duc de Berry
1412-16 Frères Limbourg, Musée Condé, Chantilly


Autres disparitions…
Disparition existentielle de Rilke
Disparitions des boites aux lettres…
et aussi
The Alphabet Fades Away
La disparition de l’écureuil
Disparition du peintre

Mars en plein mois d’août !

tintin_mars.jpg C’est la première fois depuis 73 000 ans que mars sera, en août, aussi proche de la terre. Et ils disent que l’événement ne se reproduira pas avant 2287 ! Donc moi je me dis : pas question de louper une occas pareille d’admirer la planète rouge ! Dans Sciences et Vie ils me confirment d’ailleurs que c’est exceptionnel, que le spectacle promet d’être magnifique et que l’éclat de la planète sera irréel ! La période la plus favorable pour admirer la planète se situant entre minuit et trois heures du matin, je ne dors pas et scrute le ciel … Bon, vous je ne sais pas mais moi je ne vois rien : vue trop mauvaise d’accord, mais surtout pollution pas possible du ciel ! J’ai honte de vivre dans un pays où le ciel est si sale !

%d bloggers like this: