“Art citoyen” ?

rodin_pastilles4.jpg Quand les gens rentrent au Musée Rodin, on leur met une petite pastille autocollante sur le revers de leur veste. Et quand ils en ressortent, ils ne savent pas comment se débarrasser de ce truc qui colle aux doigts. Alors ils collent la pastille sur le premier lampadaire après le porche. Et ça donne de l’art citoyen. Enfin quelque chose comme ça. Moi qui ne croit pas trop à l’intelligence des foules, ni au génie des masses, et encore moins au bon coeur de la populasse, je trouve cela plutôt bien. Mais bon, je reconnais qu’il n’y a pas de quoi mettre ça sur un blog ! Et comme ce n’est pas une oeuvre d’artiste, ni de l’art numérique (très en vogue en ce moment), ni une installation subventionnée par le ministère de la Culture, les gens ne regardent même pas. Mais moi, plus je vous en parle, et plus ça me plait !

pastilles5.jpg

Site du musée Rodin

Il y a bien des lapins au Musée Rodin

Je croyais pourtant avoir lu toute la correspondance de Rainer Maria Rilke. Eh bien non. Dans un mail (envoyé à 1h du matin), Isa me signale qu’en découvrant le jardin de l’hotel de Biron, Rilke avait écrit en 1908 a Rodin : Vous devriez, cher grand ami, voir ce beau batiment. Ses trois baies donnent prodigieusement sur un jardin abandonné, ou l’on voit de temps en temps les lapins naifs sauter a travers les treillages comme dans une ancienne tapisserie.

lapin21.jpg

Ce matin à l’aube je suis allé faire cette photo ; pas très bonne car pas assez de lumière. Mais il y a donc bien des petits lapins au Musée Rodin. Et du serpolet. Et on se croirait dans une tapisserie de la Dame à la Licorne. C’est fou se qu’on découvre quand on se lève tôt ! Merci Isa :-)

Procrastination

Hervé est marrant : il ne se presse jamais. Moi je fais tout tout de suite et ça m’épuise. Lui remet toujours tout au lendemain et ça ne le dérange pas. La seule chose qui le tracasse c’est qu’il vient d’apprendre que cette tendance à tout remettre à plus tard se nommait procrastination. Et vous savez quoi ? ce n’est pas son attitude qu’il entend corriger mais le mot qui ne lui plait pas ! Il trouve que dire qu’on “souffre de procratination” ça fait vraiment maladie honteuse, inavouable et infâmante comme les lèpreux qui devaient agiter des clochettes au moyen-âge : “attention, n’approchez pas : Hervé est atteint de procrastination”, beurk ! Quoi qu’il en soit, l’essentiel est de faire le travail au bon moment, n’est ce pas ? Dans une lettre du 24 sept. 1908, Rilke dit qu’il doit rédiger un article sur Rodin. Et, à propos de ce travail, il écrit au sculpteur : “je le réaliserai au moment où il aura atteint la force intrinsèque qui le fera naître en toute force et nécessité”. Tu vois Hervé, finalement ce n’est pas tant de savoir si on fait les choses tout de suite ou plus tard, mais si on les fait au moment où elles s’imposeront avec le plus de promesses ! Voilà, t’es rassuré sur ta maladie ? Plus la peine de te cacher derrière les parasols quand on dîne ensemble !

Procrastination : n.f. du lat. procrastinatis, de pro-, et crastinus “du lendemain”

%d bloggers like this: