En cas de nécessité !

Mais moi, en ce moment, j’appuie quand ils veulent !

Avec Alzheimer, mon “cas de nécessité” c’est tout le temps : je peux presser à sept heures du matin, à dix heures, à onze heures, à midi, à deux heures, à quinze heures, à vingt heures… Toute la journée, jusqu’à minuit, je peux presser sur ce bouton.
Alors ce qu’il faudrait qu’ils disent c’est :
(1) ce qu’ils entendent par “nécessité” ;
(2) qui vient quand on presse (moi ce sont des anges dont j’ai besoin en ce moment).

Photo prise hier à la Salpétrière (j’ai failli presser pour voir ce qui arrivait : des gendarmes en uniforme ? de la mousse carbonique sur ma tête ? des psys avec des camisoles de force ?)

A propos d’aide en cas de nécessité…

Mensonges par omission

S’il n’y avait pas la saucisse dans le hot dog (si je l’avais effacée dans Photoshop par exemple), vous le verriez tout de suite. Et vous diriez : “tiens, c’est bizarre, il n’y a pas de saucisse dans le hot dog”. Et on s’embarquerait dans une discussion sur la partie de droite, vulgaire (la saucisse) qui empêcherait de parler du sujet de gauche, poudré et raffiné : “mais pourquoi diable cette belle élégante du XVIIe siècle fait elle de la pub pour une marque de bière alsacienne ?” –

mensonge.jpg

Après plusieurs années d’alzheimer, j’ai compris qu’il ne faut surtout pas parler d’alzheimer : ce n’est pas un sujet poudré et élégant. Les gens n’aiment pas les détails parce que ça les ferait descendre aux Enfers et c’est mal éclairé et ça ne sent pas très bon. Dans un blog c’est pareil : il faut uniquement parler de la partie amusante, enjouée, poudrée et élégante, – psychologiquement admissible – de ce qui peux se dire sur la maladie d’alzheimer et ses terribles effets collatéraux. Dire la vérité vraie serait trop lourd – pour moi comme pour les lecteurs qui seraient choqués, baisseraient la tête, fermeraient les yeux et se boucheraient les oreilles : les gens n’aiment pas entendre les choses difficiles à avaler. Ils veulent que ce soit fun. Donc je mens inlassablement dans ce blog – par omission. Je parle “d’alzheimer” bien sûr – je prononce le mot – souvent – mais je n’aborde guère ce que les médecins appellent la “démence sénile”… Pour tout le monde, Alzheimer c’est simplement la perte de la mémoire ou ce qu’on leur montre à la télé dans des émissions grand public : des vieux sympathiques assis sur des fauteuils qu’on distrait avec des cubes ou de la pâte à modeler… Mais la partie cachée de la maladie, tous les effets collatéraux sur l’entourage (by the way l’entourage c’est moi tout seul), faut pas en parler, les gens n’aiment pas les voir. C’est pas drôle, pas poudré ni raffiné.
Continue reading

%d bloggers like this: