Pourquoi les journalistes Français ne posent-ils jamais de questions !

Questions_russe
.
En russe, POCHEMUCHKA, c’est une personne qui pose une grande quantité de questions. Ce n’est pas un mot Français — ni à l’évidence une pratique médiatique de chez nous : vous imaginez un journaliste Français posant à un homme politique des questions qui appellent de vraies réponses ? Ou les posant à nouveau quand le politicien répond manifestement à côté en utilisant la langue de bois ? Ou exigeant d’aller au-delà des réponses-bidon, vagues ou vaseuses ? Continue reading

Le président vénézuélien veut créer un “Téléjournal de la vérité» ! …

Nicolas_Maduro_A
.
Nicolás Maduro, le président vénézuélien, a annoncé la semaine dernière, la création de «El Noticiero de la Veridad” (“Le téléjournal de la vérité»), une agence gouvernementale d’informations plus… gouvernementales justement :-). Diffusant des programmes radio et TV gouvernementaux que les médias privés devront relayer deux fois par jour.

Pour Nicolás Maduro — qui s’y connait bien en matière de liberté d’expression — ce bulletin était devenu une nécessité car les médias privés du Vénézuela ne rendaient, parait-il, pas suffisamment compte des activités gouvernementales, et tentaient même – rendez-vous compte – de minimiser les réalisations de sa magnifique administration ! Continue reading

La terrifiante servilité économique des médias

loup_moliere
.
La servitude volontaire des gens des médias ne cessera jamais de me sidérer.

Les voir, comme dans la fable du Chien et du Loup, sacrifier leur liberté de pensée et leur jugement critique (notamment dans le domaine crucial de l’économie où ils continuent de propager – en bons petits soldats d’une idéologie totalement dépassée – des idées absurdes qui mènent à la catatrophe, et tout ça pour le prix de leur petite sousoupe dérisoire, que voulez-vous, ça m’explose la tête !

Je préférerai toujours les loups qui refusent le collier et courent en liberté ! Et donc, assister à leurs courbettes conformistes devant l’idéologie du temps, les voir renoncer à penser pour – la chaine au cou – flatter les maîtres qui les subventionnent et leur donnent des caresses pour les dissuader de faire un travail d’enquête avec des analyses objectives et rigoureuses sur ce qui marche et ne marche pas en économie, tout cela me sidère…

Mais bon, c’est comme ça en France et depuis longtemps, donc il y a peu de chances que ça change : conformisme, servilité et décadence….

Du coup je repense à la fable du “Chien et du Loup” de la Fontaine dont je vous mets juste les dix lignes de conclusion car je sais que plus personne n’a le temps de lire (mais je vous ajoute tout de même, plus bas, le texte en entier)…

Chemin faisant il vit le col du Chien, pelé :

Qu’est-ce là ? lui dit-il. Rien. Quoi ? rien ? Peu de chose.

Mais encor ? Le collier dont je suis attaché

De ce que vous voyez est peut-être la cause.

Attaché ? dit le Loup : vous ne courez donc pas

Où vous voulez ? Pas toujours, mais qu’importe ?

Il importe si bien, que de tous vos repas

Je ne veux en aucune sorte,

Et ne voudrais pas même à ce prix un trésor.

Cela dit, maître Loup s’enfuit, et court encor.

.
[Fable en entier ci-dessous]

Continue reading

Il faut repousser le despotisme marshmallow de l’Etat

MarshmB2

.
Plus le temps passe et plus je me dis qu’on y est presque : un État despotique mais cool – genre marshmallow – et des citoyens soumis ayant renoncé à leur liberté et, ce qui est pire encore, souriant béatement devant leur servilité volontaire. Ce texte, qui date de… 1840, gagne à être relu inlassablement aujourd’hui.

“… au dessus de ceux-là s’élève un pouvoir immense et tutélaire, qui se charge seul d’assurer leur jouissance et de veiller sur leur sort. Il est absolu, détaillé, régulier, prévoyant et doux. Il ressemblerait à la puissance paternelle si, comme elle, il avait pour objet de préparer les hommes à l’âge viril ; mais il ne cherche, au contraire, qu’à les fixer irrévocablement dans l’enfance ; il aime que les citoyens se réjouissent, pourvu qu’ils ne songent qu’à se réjouir. Il travaille volontiers à leur bonheur ; mais il veut en être l’unique agent et le seul arbitre ; il pourvoit à leur sécurité, prévoit et assure leurs besoins, facilite leurs plaisirs, conduit leurs principales affaires, dirige leur industrie, règle leurs successions, divise leurs héritages ; que ne peut-il leur ôter entièrement le trouble de penser et la peine de vivre ? »

“…que ne peut-il leur ôter entièrement le trouble de penser et la peine de vivre ?”

Magnifique description de l’État moderne et de la soumission méprisable de citoyens courbés. Tragique.

Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique, 1840, Gallimard, collection « Folio histoire », 1961, t II, Quatrième partie, chapitre 4, p.434

L’interventionnisme va régler le chômage, cette fois c’est sûr !
La bureaucratie occupe 90% de nos vie !
Au contraire, il faut qu’ils prennent des vacances !
La bétise crasse de l’Etat pendant la canicule de 2004

Petits bouts de servitude volontaire :
Finalement la crédulité de ce Peuple est sans limite
Il faut leur décerner la médaille
La terrifiante servilité des médias

%d bloggers like this: