J’aurais bien aimé savoir dessiner comme Anita Jeram…

Anita_Jeram_B
© Anita Jeram
.
J’aime beaucoup cette dessinatrice. Quand j’étais petit, je vivais dans les livres de Beatrix Potter. Et aujourd’hui, c’est son monde à elle qui me réconforte quand je n’ai pas le moral. Le monde des hommes est vraiment trop décevant. J’aurais peut-être du naître souris, ou lapin, ou chien… Ou être le crayon d’Anita ! Continue reading

Cet automne, ne ratez pas cette exposition exceptionnelle au Musée d’Orsay !

Orsay-retine-souris_01

.
Cet automne, le Fitzwilliam Museum prêtera au Musée d’Orsay trois œuvres exceptionnelles – intitulées “Branchages” – que Monet a peintes à l’extrême fin de sa vie, juste avant d’être opéré de la cataracte.

Dans ses Carnets il note à leur sujet : “ce matin, en peignant le vent dans les branchages au-dessus de mon chevalet, j’ai eu, juste en levant la tête, la révélation que tout dans cet univers n’était que lumière” … Et en effet, on sent dans ces branchages une fraîcheur enfantine qui contraste avec les soucis du vieil homme de Giverny qui se fera bientôt opérer de l’oeil droit et de cette maladie qui déformait progressivement sa vue… On le voit d’ailleurs peindre ces “Branchages” dans ce court film de 2 minutes 45″.

Bon j’arrête mes conneries : ce n’est évidemment pas une œuvre de Monet mais une rétine de souris ! Cette vue que j’ai juste mise dans un cadre a été obtenue par Alejandra Bosco, neurobiologiste à l’université de l’Utah. Elle révèle un réseau d’astrocytes [en noir], des cellules indispensables au bon fonctionnement des neurones [en orange, avec leurs axones en vert]. Les bras des astrocytes s’enroulent autour des capillaires sanguins… C’est en tout cas la légende qui figure dans le n°424 de Pour la Science que j’ai regardé ce week-end. Moi je continue à voir un très bel arbre peint par Monet, avec de magnifiques feuilles et des branches lumineuses qui frémissent dans le soleil… Même pas la peine d’aller à Orsay.

L’art par détournement…

Bootiful

souris_bootiful
© TwoBadMice

Posted in sensible

Tags: ,

Permalink

La tentation

Pas seulement la tentation…
Mais aussi se mettre mentalement à la place d’une petite souris et juger la méchanceté terrifiante des hommes. Ils devraient avoir honte.

fromage et piège à souris

L’histoire des deux petites souris

À propos de ce que je fais pour ma mère qui souffre de la maladie d’Alzheimer, je pense souvent à l’histoire de deux souris qui tombent dans une bouteille de lait.
• La première se décourage assez rapidement car on lui répète inlassablement qu’il n’y a pas d’issue, qu’il est inutile de lutter et qu’il faut donc abandonner le combat. Bref, se débarrasser du fardeau. Sinon c’est couler et se noyer.
• La seconde, au contraire, décide de lutter jusqu’au bout. Elle n’est pas stupide et voit bien qu’il n’y a pas de solution et que son combat est perdu d’avance. Mais elle décide de se battre : elle continue à nager toute la nuit et, au matin, la crème s’est transformée en beurre et elle arrive à sortir du pot. Elle est sauvée…. Continue reading

A mouse ! my kingdom for a mouse !

souris_vie_sans_4.jpg

En fait, ne cherchez même pas. J’ai essayé pendant toute une semaine (voir post précédent) et vivre sans souris est carrément impossible. Je suis allé à la FNAC m’acheter un tapis de souris spécialement conçu pour éviter les tendinites mais je n’y crois pas trop… Et comme le Voltarène prescrit par mon médecin ne fait pas d’effet et que ça continue à me faire un mal de chien, je ne vois pas comment je vais m’en sortir avec mon index qui ne peut plus cliquer… La souris c’est mon outil de travail et mon gagne-pain : si je ne peux plus cliquer, je perds mon travail et mon pain ! Tout ça pour une saloperie de tendinite. J’enrage. (1)


CATESBY:
Rescue, my Lord of Norfolk, rescue, rescue!
The king enacts more wonders than a man,
Daring an opposite to every danger:
His horse is slain, and all on foot he fights,
Seeking for Richmond in the throat of death.
Rescue, fair lord, or else the day is lost!

KING RICHARD III:

A horse! a horse! my kingdom for a horse!

CATESBY:
Withdraw, my lord; I’ll help you to a horse.

Shakespeare, Richard III, 1591/2

—-
(1) Post scriptum
Continue reading

“Tendinite aiguë invalidante” !

souris_mouse.jpg

ça ne m’était jamais arrivé de ma vie. Jamais : une tendinite dans le coude sur le nerf qui mène exactement jusqu’à l’index qui est exactement prévu pour cliquer sur la souris… Depuis deux semaines c’était difficile mais j’y arrivais encore. Mais là, crac, je ne peux carrément plus bouger l’index tellement c’est douloureux. Plus de souris, plus de clic… ça ne m’était jamais arrivé. Le médecin a dit: “tendinite aiguë, vous arrêtez tout pendant une semaine; le temps que le nerf se calme avec du Voltarène”
Plus de souris, plus d’ordi. Je n’arrive pas à le croire !

Dans les pattes du destin…

Il y a des moments dans la vie où on sent qu’on est rattrapé par l’adversité. Pendant longtemps on s’en est pas trop mal sorti et puis, tout à coup, ça commence à sentir sérieusement le roussi. Je continue à croire aux miracles pourtant ; quoique, jusqu’à présent, il ne m’ait pas été donné d’en mettre beaucoup à mon crédit. Mais bon, on ne sait jamais. Ce soir en tout cas c’est pas génial. Alzheimer c’est vraiment une merde.

Autres bouts d’Alzheimer (mais tout ce blog est sur Alzheimer en fait)

“J’aurais tellement aimé t’aider tu sais” !
Mes semaines avec Alzheimer c’est ça
Je deviens traducteur ce ce qui n’a pas été dit
Le silence lorsque les mots ont disparu
les plaisirs de la conversation
Le chat d’estelle
Alzheimer peint tout en noir
Mon cerveau ou Dresde après le bombardement : pareil
Les journées avec Alzheimer
A propos d’aide en cas de nécessité…
L’histoire de deux petite souris…
Dans les pattes du destin…

Des souris vertes ? Les scientifiques sont malades ou quoi ?


Rendez-vous chez mon ophtalmo. Dans la salle d’attente, sur la table basse, des revues… Je feuillete au hasard et tombe sur une photo bizarre avec un animal fluorescent.

La légende dit :

“les chercheurs de l’institut de génétique et de biologie moléculaire et cellulaire (IGBMC) introduisent dans des souris grises des gènes de méduses fluorescentes afin de comprendre leur fonctionnement”.

Voilà ce que je propose : qu’on introduise des gènes de méduses fluorescentes dans les gènes des chercheurs de l’IGBMC, juste pour comprendre le fonctionnement de ces abrutis ! Au moins on pourrait les repérer la nuit ! Non mais ces gens sont carrément des fous dangereux ! Je vais téléphoner à Brigitte Bardot. Qu’ils laissent les souris tranquilles et qu’ils se boivent leurs cocktails eux-mêmes !

Que les scientifiques arrêtent d’emmerder les araignées
Que les ministres s’occupent des poules !
Que les gens arrêtent d’emmerder les grenouilles
Marre des souris transgéniques !

%d bloggers like this: