Monde de neige et de spiritualité …


.
Il faut absolument prendre le temps de regarder les différents projets du site de Vincent Munier : Hovibos, Hokaido etc… monde de neige et de spiritualité. Passez-y le maximum de temps. Les images sont d’une rare et stupéfiante beauté. Regardez tout ce qui est sous la neige, c’est vraiment trop beau…
le site est là

munier

La bonne odeur de la pierre taillée et de l’avenir qui renaît


J’aime bien les chantiers et l’odeur humide de la pierre taillée. Et la beauté radieuse des lieux du XIIIe siècle qui remontent à la lumière après des siècles de bétise noire et d’indifférence crasse. Pendant plus de quatre siècles, sur les flancs de la Montagne Sainte-Geneviève, le Collège des Bernardins avait contribué au rayonnement intellectuel du Quartier Latin et de l’Université du moyen-âge. À la Révolution Française, les révolutionnaires en ont fait une prison (c’est d’ailleurs une vraie manie des révolutionnaires que de transformer toutes les merveilles de la Chrétienté en prisons : Fontevraut prison, Mont-Saint Michel prison, Clairvaux prison, Bernardins prison etc la liste est sans fin). Jusqu’à une date récente, le Collège avait été occupé par une caserne de pompiers (pathétique mais au moins le lieu fut-il entretenu ou presque puisqu’au moment de son acquisition par le diocèse de Paris, il menaçait ruine).

J’ai longé la rue de Poissy il y a deux jours avec Muriel (voir Jussieu et son défloquage de l’amiante) et j’ai vu qu’ils étaient presque au bout de sa restauration. C’est encore un chantier, mais l’ouverture au public est prévue pour l’automne 2008. Le collège des Bernardins renouera ainsi avec sa vocation initiale en redevenant un magnifique lieu de dialogue intellectuel et de rayonnement spirituel. Il sera également un lieu d’activités artistiques (expositions, salle de cinéma, auditorium) et de formation (il accueillera l’École Cathédrale et l’Institut de Théologie du diocèse de Paris). C’est l’architecte Jean-Michel Wilmotte qui a conçu l’aménagement de l’édifice et la création des nouveaux espaces avec un parti pris esthétique respectant, par le choix de formes simples et de matériaux nobles, la radieuse sobriété cistercienne.

Bref un peu d’air et de beauté dans ce monde de voitures et de pollution du boulevard Saint-Germain. Et un peu d’intelligence aussi dans un Quartier Latin qui n’existe désormais tout simplement plus : la vie intellectuelle y ayant été remplacée par les marchands de fringues minables du boulevard Saint-Michel et les boutiques innombrables – que dis-je, exponentielles – du vieux campeur de la rue des Ecoles… Un peu de spiritualité fera du bien car on manque d’air.

Nostalgie de la vieille Chrétienté du Moyen-âge…
Site du Collège des Bernardins
Sur googleMap

On ne tourne pas le dos à Dieu !

pape.jpg
Ce dimanche, les médias ont remarqué que, revenant sur une tradition introduite par le concile de Vatican II, le Pape Benoît XVI avait célébré la messe non pas depuis l’autel situé face à l’Assemblée mais depuis celui plus ancien qui se trouve contre un mur, sous la fresque du Jugement dernier de Michel-Ange… Il a donc (rendez-vous compte braves gens imprégnés d’idéologie démocratique), …”tourné à plusieurs reprises le dos à l’assemblée” (sic !). Ce juste retournement, qui fait hurler les médias laïcs et obligatoires (pour qui la honte est de tourner le dos au Peuple) me comble littéralement de joie : c’est évidemment à Dieu qu’il ne faut pas tourner pas le dos ! Le renversement opéré par le Pape n’est donc pas une offense au peuple mais un égard envers Dieu. Comme le dit très bien le nouveau maître des célébrations liturgiques pontificales, Guido Marini, dans une interview accordée le 20 janvier à Radio Vatican, “… il ne s’agit pas tant de tourner le dos aux fidèles que de s’orienter avec eux vers le Seigneur. De ce point de vue, on ne ferme pas les portes à l’assemblée mais on les lui ouvre, pour la conduire vers le Seigneur. Dans la liturgie eucharistique, on ne se regarde pas mais on regarde Celui qui est notre Orient, le Sauveur”. 
Lors des concerts, il ne vient à l’idée de personne de dire que le chef d’orchestre “offense le public en lui tournant le dos” lorsqu’il fait face à l’orchestre ! Il en faut décidément très peu désormais à ce pauvre Peuple (appelé public dans le métro et baptisé assistance lorsqu’il s’agit de la messe) pour qu’il ait le sentiment qu’on lui fait injure si on préfère faire face à Dieu ! Pauvre Peuple qui a exigé et obtenu que les prêtres ne se tiennent plus devant l’autel, mais derrière, comme derrière un comptoir et qu’ils tournent le dos à Dieu pour les regarder eux comme un public à séduire alors qu’il s’agit de liturgie et pas d’audimat ! On n’est plus très loin des plateaux de télévision : les prêtres sont déjà descendus de leur chaires et se sont emparés de micros pour pousser la chansonnette… L’idéologie démocratique – qui confond dramatiquement les Ordres (politique et religieux) – exigera bientôt d’eux qu’ils prêchent en jeans et qu’ils s’asseyent sur l’autel pour faire plus “potes” : ceux qui préfèrent Matthieu tapez 1 ; ceux qui préfèrent Luc tapez 2…. Ceux qui préfèrent la collection Harlequin tapez 3 ; Ceux qui veulent que l’organiste soit remplacé par un synthétiseur tapez 4… Ceux qui veulent qu’on remplace la messe par un barbecue citoyen, tapez 5… Et ceux qui préfèrent qu’on arrête la liturgie pour passer un DVD tapez 6…
(crédit photos : Associated press)

Appliquer le Décalogue
L’architecture cistertienne et les prisons révolutionnaires
Dans le même genre d’idée

%d bloggers like this: