Youpi tout va mal !

cheval-tao_A

.
Ça m’énerve toujours de ne jamais arriver à me rappeler les vieux contes taoistes que je veux raconter à une personne qui s’est cassé le genoux et qui doit se faire opérer pour la deuxième fois (comme Michèle hier soir). Donc je lui mets le conte ici pour qu’elle puisse le lire et se dire que, finalement, peut-être, qui sait ? d’un malheur naît parfois un bienfait
Continue reading

Youpi, tout va mal !

cheval_tao2
.
Je ne sais plus très bien où j’en suis de l’évolution de la catastrophe (voir entrée du dictionnaire ci-dessous) mais je me suis rappelé aujourd’hui ce vieux conte taoïste :

Un modeste paysan vivait au nord de la Chine, aux confins des steppes hantées par des hordes nomades. Il rentra un jour en sifflotant avec un superbe cheval qu’il avait acheté à prix d’or au marché de la grande ville voisine. Quelques jours plus tard, son unique cheval s’échappe et disparait vers la frontière.

L’événement fait le tour du village et les voisins viennent tour à tour le plaindre pour sa malchance. Le vieux paysan hausse les épaules et répond imperturbablement :
– Les nuages cachent le soleil mais apportent la pluie. D’un malheur naît parfois un bienfait. Nous verrons…

Trois mois plus tard, le cheval réapparait avec à ses côtés une magnifique pouliche et son petit. Les voisins vienent à nouveau le féliciter :
– Vous aviez raison d’être optimiste, disent-ils. Vous perdez un cheval et vous en gagnez trois !
– Les nuages apportent la pluie nourricière, répond le vieux paysan, mais parfois aussi l’orage dévastateur. Le malheur se cache dans les plis du bonheur. Attendons !

Le fils aîné du paysan dressa l’étalon fougueux, prit plaisir à le monter tous les matins et ne tarda pas à faire une chute. Il failli se rompre le cou mais s’en tira avec une jambe cassée. Aux voisins qui venaient à nouveau le plaindre, le vieux paysan répondit :
– bonheur ou malheur, qui peut savoir ? Les changements n’ont pas de fin en ce monde impermanent.

Quelques jours plus tard, la guerre éclata et la mobilisation générale fut décrétée dans le tout district pour repousser l’invasion ennemie. Tous les jeunes gens valides partirent pour le front et bien peu en revinrent.
Mais, grâce à sa jambe cassée, le fils unique du vieux paysan échappa aux massacres…

Dans mon histoire, je ne sais pas très bien où j’en suis de la déroute alzheimer et peut-être qu’un jour je me réjouirai de tout ce qui me tombe sur la tête en ce moment… mais bon, pour l’instant c’est : youpi, tout va mal !
.
Tenir, facile à dire !
.
D’autres petits chevaux…

Le cheval de Caligula
Le cheval à l’intérieur du bloc de marbre
Le cheval du Condottière
L’élégant petit cheval du Conservatoire des Arts et Métiers
Les naseaux bouillonnants du canasson

Tao de la communication gouvernementale et validité ambivalente

Le grand Tchouang-Tseu raconte :
“un éleveur de singes distribuait des glands aux singes en leur disant :

“Je vous donnerai trois glands le matin et quatre le soir.
Qu’en pensez-vous ?”

Tous les singes se mirent en colère.

“Je vous en donnerai quatre le matin et trois le soir.
Qu’en pensez-vous ?”

Tous les singes furent enchantés.

Il n’y avait en réalité rien de changé. Mais la première proposition avait provoqué la colère et la seconde l’apaisement. L’éleveur avait su s’adapter à la nature des singes. C’est ainsi que le saint dose l’affirmation et la négation en se reposant sur le cours du ciel. Cela s’appelle une validité ambivalente”. (Tchouang Tseu).

J’ai ai pensé à cette histoire de Tchouang-Tseu ces derniers mois [ce post date de 2004]: à propos du voile, des intermittants du spectacle, des chercheurs, du plan Borloo sur la solidarité etc : on a commencé par la mauvaise annonce, tout le monde est descendu dans la rue, la majorité a perdu les élections…

Ils avaient donné trois glands le matin… Ensuite le gouvernement à fait l’inverse et donné quatres glands le matin. Et les singes furent enchantés. Peut-être faudrait-il que nos “communicateurs” lisent davantage les philosophes taoistes. Et ce que dit Tchouang-Tseu sur la validité ambivalente ! Ce serait ça le Tao de la communication gouvernementale mais ils en sont loin.

Conformisme, servilité, décadence…

Conformisme, servilité et décadence…

Tao_Te_King

Dans le Tao Tö King – xxxviii, Lao Tseu dit :

“Lorsque la Voie est perdue, il reste la vertu;
La vertu perdue, il reste l’éthique;
l’éthique perdue, il reste le droit;
Le droit perdu, il reste le conformisme.
Le conformisme – qui n’est que l’apparence de l’éthique – indique le commencement de la décadence”.

Je n’arrive évidemment pas à la cheville de Lao Tseu mais je suis très honoré de constater que je partage son jugement sur l’évolution de la société française : les médias barbotent dans la servilité et le conformisme le plus méprisable; les laquets de journalistes ne s’estiment assez respectueux qu’à plat ventre devant ceux qu’ils croient être grands. Et les hommes politiques se livrent avec et les journalistes à des rites indignes d’une démocratie vivante. Je parle de ce que j’entends aux nouvelles à la télé ou à la radio, de ce que je lis dans les journaux… Si vous ne voyez pas à quoi je fais allusion, laissez-tomber, ce n’est pas grave, c’est que le conformisme est encore plus fort que je ne le pensais. Avec la proximité des élections et la montée concomitante du crétinisme collectif, ce n’est d’ailleurs même plus le commencement de la décadence, c’est la décadence elle-même et même bien avancée. Pour raconter la chute de l’empire romain il avait fallu plusieurs tomes. Pour nous, un petit livre de poche suffira. Peut-être même quelques feuillets dans un hebdo… Ils ne mériteront pas plus. Je vais relire le Discours de la servitude volontaire de La Boétie…

Il y a évidemment bien d’autres traductions du Tao Tö King, notamment celles de Liou Kia-Hway et celle de François Houang et Pierre Leyris.

Traduction de Liou Kia-Hway.

Après la perte du Täo vient la vertu
Après la perte de la vertu vient la bonté
Après la perte de la bonté vient la justice
Après la perte de la justice vient le rite.
Le rite est l’écorce de la fidélité et de la confiance, mais il est aussi la source du désordre”

Traduction de François Houang et Pierre Leyris:

Après la perte de la Voie vient la Vertu
Après la perte de la Vertu vient l’Amour
Après la perte de l’Amour vient la justice
Après la perte de la Justice viennent les rites
Le rite est l’écorce de la sincérité et de la fidélité,
mais aussi la source du désordre”.

Attention à la résignation
Attention à la méthode coué
Attention au mensonge
Attention à la déception

Tao de la communication gouvernementale

Adieu René et merci pour le trésor japonais !

larme.jpg Dans le Monde de ce soir, j’apprends avec tristesse la mort de René Sieffert. C’est grâce à lui que j’avais découvert l’oeuvre de Bashô, les haïkus, le cycle épique des Taïra, la poésie japonaise… J’avais pourtant fait des études de Lettres mais jamais, à aucun moment, durant tout mon enseignement secondaire, on ne m’avait parlé de Bashô ni fait lire un seul de ses poèmes qui ont pourtant fait basculer ma vie. Ce n’était pas franco-français donc ce n’était pas au programme. Ensuite j’ai fait Philo et jamais, à aucun moment, durant tout mon enseignement supérieur, on ne m’a fait lire une seule page des philosophes asiatiques (Lao-tseu, Tchouang-tseu, Lie-Tseu) qui, eux aussi, ont bouleversé ma vie. Ce n’était pas franco-français donc ce n’était pas non plus au programme de philo. Quand j’y pense maintenant, je me dis que la France est décidément un tout petit pays dirigé par des petits nains de jardin sans curiosité et sans ouverture sur le monde. Fondateur des Publications Orientalistes de France (dont j’achetais avec émerveillement presque tout ce qui sortait), René Sieffert aura fait, dans l’ombre – pour mon bonheur – plus que tous les ministres qui se seront succédés à l’éducation nationale. Adieu René et merci pour le trésor !

Entre autre : Journaux de voyage de Bashô ; Le haïkaï selon Bashô ; L’Ermitage d’illusion, Le Manteau de pluie du singe ; Jours d’hiver ; Le Dit de Hôgen et le Dit de Heiji ; Contes de la pluie et de la lune ; Eloge de l’ombre; Journal de Sarashina ; Journal de Murasaki-shikibu… etc etc…

%d bloggers like this: