A short poem from W. B. Yeats

William Butler Yeats (1865-1939) wrote this very short to his love, Maud Gonne, and he was bewailing the fact that he couldn’t really give her what he thought she wanted from him. And he says, “I’ve got something else, but it may not be for you.” He says this:

“Had I the heavens’ embroidered cloths, Enwrought with gold and silver light, The blue and the dim and the dark cloths Of night and light and the half-light, I would spread the cloths under your feet: But I, being poor, have only my dreams; I have spread my dreams under your feet; Tread softly because you tread on my dreams.”

And every day, everywhere, our children spread their dreams beneath our feet. And we should tread softly.

Cité par Ken Robinson dans sa conférence à Ted “Bring on the revolution”

Autres magnifiques conférences :
Est ce que l’école tue la créativité ?
How to escape education’s death valley How to escape education’s death valley)…
A short poem from W. B. Yeats

“I have been very lucky that my disability has not been a serious handicap” (stephen Hawkins)

A force d’être continuellement aux côtés d’un cerveau qui disparait peu à peu à cause d’Alzheimer, j’oublie parfois sa puissance incroyable. Puissance dont beaucoup ne se doutent même plus, tellement ils sont habitués au train-train quotidien, banal mais réconfortant, d’un cerveau qu’ils n’utilisent guère qu’à 5 ou 6 % de ses fulgurantes possibilités. Et puis je tombe sur cette vidéo totalement étonnante.

hawkins2.jpg

10 minutes 12 secondes avec Stephen Hawkins… L’image n’est pas une image fixe mais une vraie vidéo comme le montre le mouvement à peine perceptible de ses seuls yeux. A 8:26 secondes lui est posée une question sur l’existence d’autres hommes dans la voie lactée. La réponse (qui mettra en réalité 7 minutes à être tapée) arrive à 8:43 secondes : zoom avant de la caméra sur le moniteur qu’utilise Hawkins pour nous parler : sa voix est celle de l’ordinateur, artificielle, métallique, émouvante… Regardez jusqu’au bout c’est totalement extraordinaire. Dieu est grand. L’homme aussi.

J’ai déjà souvent attiré l’attention sur les exceptionnelles conférences de TED

Le site de TED

Les 10 minutes de Stephen Hawkisn

————-
Stephen Hawkins à la fin de la vidéo : “I have been very lucky that my disability has not been a serious handicap; indeed it has probably given me more time than most people to persue their quest for knowledge. Thank you for listening”

Est ce que l’école tue la créativité ?

ted1.jpg
.
Le rêve du web, pour moi, c’est de pouvoir regarder des conférences comme ça ! On va me dire que je fais encore du pro-américanisme primaire, mais je considère qu’il y a belle lurette que des institutions françaises (Sorbone, Collège de france, Universités, grandes écoles etc) auraient du se bouger un peu le cul pour nous offrir des plaisirs comme celui-la : réunir des gens exceptionnels et diffuser leurs conférences sur le web. Ce serait bon pour la tête, bon pour la langue française et bon pour la diffusion de la culture française (si elle existe encore). Ce n’est pourtant pas sorcier : si les américains le font et si BMW sponsorise pourquoi est ce que nous ne le faisons pas et pourquoi Peugeot ne sponsoriserait-il pas ?

Bon j’arrête ma critique contre les gaulois parce qu’ils ne bougeront pas et je vous invite à tout laisser tomber pour écouter cette conférence jubilatoire de Sir Ken Robinson sur le thème : “Est ce que l’école tue la créativité ?” Et aussi celle là : How to escape education’s death valley Ecoutez tout, jusqu’à la fin (Death Valley)…
Et ce court poème A short poem from W. B. Yeats

By the way, TED ce n’est pas un prénom. ça veut dire : Technology, Entertainment, Design. Parce qu’au début, en 1984, ces conférences réunissaient surtout des gens de ces milieux. Mais depuis le spectre s’est profondément élargi. Et c’est très bien.

%d bloggers like this: