Notre insignifiance dans l’Univers …

NASA_Navette-Cassini_900MoMiles
.
Quand on regarde les photos de la NASA – envoyées par la sonde Cassini qui joue avec les anneaux de Saturne à plus de 1500 millions de kilomètres — on mesure l’insignifiance de la Terre : ce minuscule petit point bleu au-dessus de la flèche blanche … Peut-être, de temps en temps, il est bon de regarder cette photo pour remettre les idées en place ?

La sonde Cassini a été lancée en 1977 et placée en orbite autour de Saturne en 2004. Là, on est en 2013 et des abrutis continuent de tout détruire, saccager et s’entretuer partout sur la Terre… Pathétique de voir ça de son vivant ! Tout ce qu’on aurait pu faire si des malades mentaux ne l’avait pas bousillée par leur bêtise crasse et tragique. À pleurer.

La mission Cassini sur Wikipedia
Rien à voir : la lune… Continue reading

Création (Bosch)


Le Jardin des Délices
Sphère de cristal. Retable Jardin des delices de J. Bosch. Triptyque a 5 surfaces. Paysage du 3e jour de la Création selon la Genèse c’est l’instant de la premiers pluie, des premiers arbres, des premiers buissons. Le moment de la différenciation qui sort du camayeux, ton sur ton L’indistinction Intérieur-extérieur, recto-verso. Fermé-ouvert (grisaille, camaïeux, neutre fermé / coloré-ouvert). Apparent-caché.Opposition richesse-pauvreté. Ouvrait le retable que lors de grandes occasions.
R. Barthes. Le neutre.

Tout est dans les proportions !

Parfois les choses prennent des proportions incroyables. Je ne parle pas d’Alzheimer mais des petits problèmes de la vie en général qu’on à tendance à monter en épingle. (Entre parenthèse je n’ai jamais compris cette expression mais bon) ; je disais donc que parfois on perd le sens des proportions et je regardais cette image en me disant qu’effectivement nous ne sommes pas grand chose dans l’Univers ou même rien du tout.

Incroyable non, cette minuscule Terre, petite tête d’épingle de rien du tout par rapport au soleil ? Et encore je n’ai pas la place pour vous montrer la taille d’Arcturus. Vous voyez la taille de la Terre par rapport au soleil ? Eh bien si vous donnez au Soleil la taille de la Terre, Arcturus aura la taille du Soleil. Complètement délire mais trop génial d’être au milieu de ces grosses boules. La Création est trop belle et Dieu est grand ! Gloria patri et filio et spiritui sancto, sicut erat in principio et nunc et semper et in saecula saeculorum. Amen !

Allez vite voir ici la série magnifique de ces visuels géniaux.

petites ballades en spirale sur l’univers répétitif de mes obsessions…
L’infini dans la paume de la main
Profession ? Messager des étoiles !
La taille de mon univers
L’ange voleur d’étoiles
Quelques étoiles

Les gens de la Ville marchent sur la tête

planates_avenue3.jpg La semaine dernière ils ont taillé-coupé les hautes branches des grands platanes de l’avenue de Breteuil. C’est leur grand truc : arriver avec des grosses machines bruyantes et tout couper à la tronçonneuse mécanique. Qu’ils coupent en haut ne me gène pas, c’est même recommandé ; mais qu’ils ne s’occupent jamais de ce qui est en-dessous me tue. Ces pauvres arbres sont en train de crever : depuis plus de cinquante ans ils n’ont plus rien à manger que des cailloux. En dessous il n’y a plus la moindre motte de bonne terre : juste le métro, des canalisations, du béton, du sable et des cailloux… Avant, les feuilles tombaient et faisaient du bon humus et du compost. Miam miam disaient les platanes. Mais aujourd’hui, dès que les feuilles tombent, des cinglés municipaux équipés de lunettes de ski et d’aspirateurs à mazout viennent tout enlever en faisant un boucan pas possible. Donc, ces pauvres arbres (et les platanes sont pourtant résistants) n’ont plus rien à bouffer. Et ils crèvent la dalle. En fait, ils crèvent tout court : il suffit de les regarder les pauvres – et leurs feuilles tchernobylisées – pour s’en rendre compte. Mais comme les politiciens qui gèrent la ville marchent sur la tête, ils ne le voient pas. Ils taillent en haut parce que ça se voit; mais ce qui est en dessous ils ne le voient pas, donc ça ne les intéresse pas… Peut-être j’aurais du me présenter aux élections ?


A propos de platanes (post de 2004)

A propos de terre et de microbiologie des sols

Profession ? Messager des étoiles !

pendule_foucault.jpg

Quand la société est trop énervante et que le monde bouge trop vite, je vais avec Laurent voir le pendule de Foucault suspendu par une corde de piano en acier de 67 mètres attachée au sommet de l’immense coupole du Panthéon. Essayez et vous verrez combien les balancements lents et majestueux de la lourde boule de plomb recouverte de laiton doré vous calmera les nerfs… Vous avez non seulement la démonstration visuelle de la rotation de la Terre sur elle même, mais également la sensation quasi physique des grandes oscillations circulaires et silencieuses du temps… Vous regardez la boule avancer de 11 degrés par heure le long du grand cercle gradué, et tout à coup ça bascule : vous sentez que ce n’est pas le pendule qui oscille mais le Panthéon qui pivote, et que la rotation n’est pas celle de la Terre mais celle votre tête qui tourne dans le ciel étoilé et le silence infini de l’univers… Petit vertige en laiton qui me procure, je ne vous le cache pas, une sensation très agréable. En sortant, vous vous sentez … citoyen du ciel ! En 1610, Galilée publiait un ouvrage au très beau titre – le “Sidereus noncius” – le Messager céleste… Moi cet après midi devant le pendule de Foucault, je me disais que sur ma carte de visite j’aimerais bien qu’il y ait écrit : Messager des étoiles. Ce serait un beau métier, non ? Merde, je n’ai encore pas fait les bonnes études !

cartevisitesetoiles2

Plus ça va plus je pense aux étoiles…
Quelques étoiles…
Pendule de Foucault sur Wikipedia
Le pendule des Arts et Métiers

NB : ils vous font payer à l’entrée un ticket de 7,50 euros ce qui est, je trouve, une honte à tous égards. Ça devrait être gratuit et tous les enfants des écoles devraient y venir en rangs serrés. Les ministres et les hommes politiques aussi car ça leur mettrait un peu de laiton dans la cervelle.
——-
Et si vous passez chez José Corti, juste à côté, rue Médicis, et que vous ressortez avec des bouquins de Cracq vous n’aurez vraiment pas perdu votre temps en vous balladant dans le coin.

%d bloggers like this: