Allez, ouste, dehors les vieux ! vous gênez !


© Bill Traylor

C’est marrant comme à propos d’Alzheimer les gens ne peuvent pas s’empêcher de répéter inlassablement la même phrase quand ils vous rencontrent : “Mais tu devrais te renseigner tu sais, il y a des maisons pour ça non ?”, de la même façon qu’ils vous diraient que vous pouvez accrocher votre chien à un platane sur l’autoroute pour vous en débarrasser quand vous partez en vacances au mois de juillet… (eux qui ne laisseraient pas leur chien ou leur chat une seule nuit chez le vétérinaire !). Pour les vieux atteint d’Alzheimer, pas de problème : y a qu’à s’en débarrasser ou les mettre à l’asile ! (Oops non, pardon, ils ne disent pas “s’en débarrasser” mais “placer dans une maison”… (ça fait plus magique). Ils n’ont jamais mis les pieds dans ces maisons, mais ils vous assurent tout de même que c’est très bien (avec des fleurs et des gens “très compétents” tu sais…). Mais le problème ce n’est PAS que ce soit bien ou pas bien (évidemment que c’est très bien), c’est la déchirante rupture de la personne malade avec tout ce qu’elle a aimé pendant des décennies : ses habitudes, ses meubles, ses affaires, les milliers de petits détails de la vie courante, la vie quotidienne, la vie tout court en fait ! Elle a déjà TOUT perdu (tous les souvenirs, tous les mots,…) et il faudrait encore lui arracher ses ultimes repères matériels ? Donc je ne dis pas que je ne serai pas obligé de le faire (même assez vite maintenant). Mais j’aurais au moins essayé de tenir. Pour retarder le plus longtemps possible : pour que la rupture terrible et définitive se fasse le plus inconsciemment, le plus doucement, le plus insensiblement possible… Si je les avais écoutés, il y a déjà quatre ans qu’elle serait “placée” … Quatre ans… Allez ouste les vieux, dehors, vous êtes gênants !

Le vieil arbre du Luxembourg en soins palliatifs


Hier, comme tous les samedis depuis des siècles, je vais au Luxembourg me ballader. Ecouter les oiseaux, voir où en sont les fleurs et les plantations, regarder les enfants jouer et les canards barboter dans le grand bassin, dire bonjour aux abeilles, passer vers les boulistes et les joueurs d’échecs. Et parfois discuter avec Vincent quand il va promener sur ses épaules sa petite fille aux beaux yeux bleus… Chaque fois, avant de partir par la rue Férou, je vais rendre visite à ce vieil arbre que j’aime bien et qui me fait penser à ma lutte contre Alzheimer. Le tuteur en bois, sur la gauche, c’est moi … Jusqu’à présent l’arbre a tenu. Quand ce blog s’arrêtera, on saura si le tuteur a tenu.

PS. Merci en tout cas aux jardiniers du Luxembourg. Contrairement à d’autres, ils font honneur à leur profession

Quelques autres arbres…
Continue reading

J’ai vraiment un problème avec le XXIe siècle… et avec le temps qui passe

siecles_rouille3
.
Les euros, je m’y suis fait. L’heure d’été, pas vraiment. Mais l’expression “au siècle dernier” quand je parle de ce qui s’est passé il y a moins d’une dizaine d’année, je n’y arrive carrément pas. Dire “je l’ai rencontrée au siècle dernier” ou bien “j’ai lu ce livre le siècle dernier” ou bien ma petite chienne est morte au siècle dernier ça me semble si loin ! Si loin !

Ou alors j’ai beaucoup vieilli ces derniers temps ….

“j’étais heureux …au siècle dernier” !

Le pire c’est quand on retrouve des vieilles photos en classant ses fichiers. Et qu’on voit le temps qui s’est écoulé entre les deux colonnes ! … une trentaine d’années… peut-être même quarante. C’est à se tirer une balle.
Me_VieillesPhotos
.
Décidément j’ai vraiment un problème avec le temps qui passe ! … et avec mon horloge biologique qui est détraquée. Et avec le “temps-alzheimer” aussi : La montre-baromètre ;Explosion de la logique temporelle ; Une boite pour savoir quel jour on est
Si Dieu me donnait juste 3 petites secondes

Help, mon horloge biologique est détraquée !

tendresse_2008_2
.
Ils m’ont encore mis d’office à l’heure d’hiver mais comme mes habitudes continuent à fonctionner à l’heure d’été, ma vie est totalement cahotique : j’ai faim quand il ne faut pas, je ne dors pas quand il faut, je suis fatigué tout le temps : c’est jet lag sans même prendre l’avion. En pensant à ces histoires de changement d’heures, je me demande d’ailleurs si ce n’est pas carrément mon horloge biologique qui est détraquée…

Par exemple ma cataracte : j’aimerais bien comprendre pourquoi je l’ai eue si jeune alors que les gens l’ont généralement à 70, 80 ou 85 ans. Peut-être je suis vieux avant l’heure ? Peut-être mon horloge biologique s’est emballée et elle avance d’une vingtaine d’années ? J’ai peut-être la cataracte de mon grand-père ? la façon de penser de mon arrière grand-père ? (aille !) la souplesse mentale de mon père (aille encore).

Sais pas ce qu’il faut faire quand on est vieux comme ça : se préparer à aller dans un asile ? (tiens, faut que je demande à la CNAV si je peux partir plus tôt à la retraite). Ou alors je suis déjà à deux doigts du cancer de la prostate ? ou des soins palliatifs ? Merde, comment est ce qu’on la règle cette foutue horloge biologique ? Help !

Je ne peux pas mettre le copyright sur l’image car je n’en connais pas l’auteur. Qu’il me pardonne. Elle était sous-titrée “Tendresse”…Regardez surtout la main rouge… Terrible…

%d bloggers like this: