Quand je serai vraiment vieux, faudra que je retrouve ma fourche !

petites-retraites_02
.
Après des mois et des mois avec le mariage pour tous et l’augmentation des impôts et des taxes – on va maintenant vraiment passer aux choses sérieuses…. Le chômage ? … euh non… de ce côté là on ne fera pas grand chose parce que, voyez-vous, on déteste les entreprises, on déteste les riches, on déteste le capitalisme et on déteste le libéralisme (on précise d’ailleurs “sauvage” pour bien faire peur aux petits enfants et terroriser leurs ours en peluches)…

Mais les retraités, pas de problème : les vieux ne peuvent pas descendre dans la rue pour manifester (pas vraiment le genre à brûler des bus dans les quartiers ou assassiner des préfets en Corse ou ailleurs) donc super cool : on peut squeezer leurs retraites. Et ça permet de montrer qu’on est profondément conscient que la crise fappe injustement et durement les Français les plus démunis et que les mesures seront donc “justes et équitables” et bla bla bla… …

Et en plus on a la caution de la Cour des comptes qui, dans son dernier rapport sur la sécurité sociale, propose
Continue reading

Allez, ouste, dehors les vieux ! vous gênez !


© Bill Traylor

C’est marrant comme à propos d’Alzheimer les gens ne peuvent pas s’empêcher de répéter inlassablement la même phrase quand ils vous rencontrent : “Mais tu devrais te renseigner tu sais, il y a des maisons pour ça non ?”, de la même façon qu’ils vous diraient que vous pouvez accrocher votre chien à un platane sur l’autoroute pour vous en débarrasser quand vous partez en vacances au mois de juillet… (eux qui ne laisseraient pas leur chien ou leur chat une seule nuit chez le vétérinaire !). Pour les vieux atteint d’Alzheimer, pas de problème : y a qu’à s’en débarrasser ou les mettre à l’asile ! (Oops non, pardon, ils ne disent pas “s’en débarrasser” mais “placer dans une maison”… (ça fait plus magique). Ils n’ont jamais mis les pieds dans ces maisons, mais ils vous assurent tout de même que c’est très bien (avec des fleurs et des gens “très compétents” tu sais…). Mais le problème ce n’est PAS que ce soit bien ou pas bien (évidemment que c’est très bien), c’est la déchirante rupture de la personne malade avec tout ce qu’elle a aimé pendant des décennies : ses habitudes, ses meubles, ses affaires, les milliers de petits détails de la vie courante, la vie quotidienne, la vie tout court en fait ! Elle a déjà TOUT perdu (tous les souvenirs, tous les mots,…) et il faudrait encore lui arracher ses ultimes repères matériels ? Donc je ne dis pas que je ne serai pas obligé de le faire (même assez vite maintenant). Mais j’aurais au moins essayé de tenir. Pour retarder le plus longtemps possible : pour que la rupture terrible et définitive se fasse le plus inconsciemment, le plus doucement, le plus insensiblement possible… Si je les avais écoutés, il y a déjà quatre ans qu’elle serait “placée” … Quatre ans… Allez ouste les vieux, dehors, vous êtes gênants !

%d bloggers like this: