En 26 ans, davantage de prétention, de fric, de frime, de béton…

shanghai_A

.
La semaine dernière, Carlos Barria, un photographe de chez Reuters, a pris une photo du quartier de Pudong, le quartier financier de Shanghai, dans le même axe et avec la même perspective qu’une autre photo prise 26 ans auparavant, en 1987, juste histoire de montrer la différence. Pathétique ! : Continue reading

Parfois il faut beaucoup d’imagination…

coquelicots_A
.
Parfois j’y arrive : je me concentre très fort ….
et j’oublie que je suis dans ce monde de laideur :

Continue reading

Les gens prennent l’autoroute “A6″ et moi je prends “Luc 24″

Je ne comprends pas très bien pourquoi tous les week-ends, les gens éprouvent le besoin de prendre leur voiture pour s’agglutiner sur les autoroutes avec toutes ces âneries de journées rouges, d’embouteillages et de bisons futés…

Aujourd’hui, c’était parait-il journée noire sur les routes. Moi j’ai encore pris ma loupe à 200% et je suis parti me ballader dans cette incroyable petite ville du XVIe siècle peinte par le peintre flamand Herri met de BLES, (c. 1500 – env. 1550). J’ai passé un bon moment, sur la route d’Emmaüs (c’est le nom de la toile), avec le Christ, Cléopas et Luc (24.13). Les gens prennent l’autoroute “A6” et moi je prends “Luc 24”, c’est presque pareil. Sidérant en tout cas de pouvoir agrandir comme ça à 200% et rentrer dans des détails infimes à l’arrière fond qu’on devine à peine sur la toile elle même. Je saute dans la toile, je hume l’air frais du matin, j’emprunte un petit sentier de terre, et hop j’y suis. Je vais aller visiter cette ville là bas au fond. J’entends les cloches sonner, il doit bien y avoir des saucisses grillées à la rôtisserie de la place de l’hôtel de Ville (et ça me coûtera moins cher que le filet de boeuf au Rostand rue de Médicis)… Mais tiens, c’est quoi ce truc au premier plan ? Je me demande bien si ce n’est pas un pendu ? ça ressemble à un corps accroché à un gibet non ? Brrrr, Faudrait pouvoir agrandir à 300%. Je crois que je vais plutôt changer de toile. Trop dangereux ici. Je me tire !

Herri met de BLES, peinture sur bois, 34,1 x 50,5 cm. Museum Mayer van den Bergh, Antwerp

Commencer à faire la liste des villes à protéger !

dresden21945.jpg

Dans le Monde d’avant-hier, une photo des ruines de Hambourg en 1945 me fait penser à cette interview de Stephen Hawkins – le cosmologiste – qui racontait que ses parents habitaient Londres mais qu’il était né à Oxford car sa mère pensait que c’était un bon endroit pour naître pendant la guerre, les Allemands ayant accepté de ne bombarder ni Oxford ni Cambridge, à condition que les Anglais ne bombardent ni Heidelberg ni Göttingen. Sidérant, non ? J’ignorais que de tels arrangements avaient été conclus par nos diplomates mais je propose que, pour la prochaine guerre, on se mette d’accord pour étendre ce principe à toutes les villes. Et on y va carrément: 200 villes d’un côté et 200 de l’autre ! Et on joue la guerre aux échecs ou à la canasta. On s’épargnera ainsi les destructions massives et les morts par milliers (conditions pour que des diplomates à plumes d’autruches planqués à l’arrière pendant la durée du conflit viennent ensuite lever leurs coupes de champagne aux accords de paix). Et si la ville où j’habite n’est pas rayée de la carte je pourrai continuer à voir mes amis ou écouter en silence les variations Goldberg de J.-S.B ou les quatuors de Haydn.

Image : vue de Dresde après le bombardement : manque de pot pour ses habitants (comme pour ceux Hamburg) la ville ne figurait pas sur l’accord de réciprocité! “Comment, mon cher ami, vous n’habitez pas Heidelberg ou Göttingen ? alors boum, pan sur le museau avec nos bombes au phosphore” !

%d bloggers like this: