Un extraordinaire condensé d’harmonisation des contraires

Encore un texte que je copie-colle directement (tiré du bouquin de Cyrille J.-D. Javary) :

“La chauve-souris est un petit animal très mal considéré en Occident où il a plutôt une réputation proche de celle des vampires et autres fantômes nocturnes buveurs du sang des vivants.. Mais en Chine, son image est complètement différente. Non seulement la chauve-souris est fort appréciée mais on voit son image représentée partout comme motif décoratif, sur les cartes de voeux ou les images de bon augure dont on décore les maisons. Elle est au sens propre un porte-bonheur. Mais si c’est un talisman apporteur d’abondance c’est parce que c’est un extraordinaire condensé d’harmonisation des contraires et d’entrecroisement du Yin et du Yang, condition fondamentale de l’émergence de la vie et donc du bonheur. C’est en effet un mammifère qui vole comme les ovipares ; il vit la nuit et dort le jour, mieux même, lorsqu’il dort, ce n’est pas étendu horizontalement sur la terre mais pendu en l’air la tête en bas”.

Pour tout vous dire je n’ai jamais trop apprécié les chauves-souris, mais ce petit texte me les fait aimer un peu plus. Ce côté “condensé d’entrecroisement des contraires” me convient assez bien : moi aussi je marche sur la tête, dort debout, bat des ailes en pure perte à mon bureau et dans la vie, et émet des cris stridents (des ultra rayonnements de détresse) que personne d’autre n’entend que les anges qui ont bien d’autres choses à faire sur la courbure de la galaxie :-)

.
Des ailes pour planer au-dessus de la vie
Mes petites soeurs les hirondelles

*

Autres oiseaux…
Milosz ne parlait pas seulement aux oiseaux ; il leur chantait du Wagner !
Les oiseaux qui surgissent des phrases de Léonard
Les autruches sont des oiseaux politiquement très avancés
L’oiseau qui avait lu Cioran
Le canari de Milosz s’est envolé !

*

Chauve-souris attribuée à Albrecht Dürer (1471-1528). Aquarelle et encre noire sur papier, 13,2 x 20,3 cm Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie, Besançon.

Les simples de Dürer
Des ailes de Dürer
Le magnifique lièvre de Dürer…
Les petits tonnelets de Dürer

*

Autres textes de Cyrille Javary :
cadeau de mariage
la boussole
la différence entre pluie et la neige

Apprendre à dézoomer vite fait …

Il faut très rapidement que j’apprenne à dézoomer. Ceux qui me connaissent un peu savent que j’aime bien faire exactement l’inverse : agrandir les toiles des Musées avec une loupe à 200% ; ou agrandir les cartes comme un malade avec Google Maps… Mais ces derniers temps, c’est Alzheimer qui a zoomé un peu trop fort dans mon cerveau : il a tout peint en noir et agrandi la tache à 200%. Brrrrr, fait beaucoup trop sombre là dedans maintenant : faut que je dézoome rapidement pour retrouver un peu de blanc et de calme intérieur… Le seul problème avec Alzheimer, c’est qu’il ne vous laisse pas prendre du recul : ce serait trop beau… Et le yin yang il s’en moque comme de sa première chemise ! Bon, enfin bref, ce que je voulais dire c’est que j’allais peut-être essayer, ces prochains temps, de prendre un peu de…. recul. Sur ma vie. Et peut-être aussi sur ce blog… Dézoomer quoi ! Et sans doute l’abandonner. Arrêter d’écrire. Plus rien à dire n’importe comment. La vie est trop dure.

Agrandir à 200%
Agrandir avec Google Maps
Alzheimer peint tout en noir
Mon cerveau ou Dresde après le bombardement : pareil
Les journées avec Alzheimer

%d bloggers like this: