Mais pourquoi diable Eric se bourre-t-il de carambars ?

carambars
.
Juste trois lignes de mise à jour sur mes yeux pour les amis qui me suivent (comme ça je n’ai pas à le répéter dans des mails). La perplexité des spécialistes qui me suivent à Rothschild et aux Quinze-Vingts est liée au fait que la réduction de mon champ visuel est parait-il problématique (sic). J’ai, au niveau de mes deux yeux, une anomalie du champ visuel qui, quand ils l’examinent, leur fait vraiment penser à un glaucome (trop de tension dans les yeux qui abîme le nerf optique et qui peut rendre aveugle). Mais chez moi, comme par hasard, il y a un problème :

Continue reading

La vue, le trou noir et le big bang de la Création

Avec toutes ces histoires de champ de vision et de glaucome de merde, j’ai l’impression de voir le monde comme si j’étais dans un trou noir avec un maximum de trucs nébuleux tout autour genre galaxie spirale floutée … J’espère seulement que le cercle noir ne va pas continuer à s’agrandir et la lumière s’éteindre progressivement. Et que c’est juste le début d’autre chose et que le noir va céder la place à la lumière, comme dans les premiers jours de la Création ?
.

Oeil_creation_A

Continue reading

Portraits made of words

Yeux_portrait_lettres
.
Bon, je reconnais qu’en ce moment je suis un peu obsédé par les yeux…

Ben Durham at the National Portrait Gallery
Vu sur Flickr ici
Les yeux de Rembrandt

Ah ! la Science tout de même !

Oeil_lequeu_A

.
En 1792, quand Jean Jacques Lequeu faisait une étude de l’oeil, il dessinait ça. Aujourd’hui, aux Quinze-Vingt et à Rothschild, ils voyaient carrément ça : Continue reading

Yeux de moustique agrandis 22 millions de fois !

mosquito_22millionsTimes
.
Bon, rien à ajouter. Tout simplement étonnant, je trouve…

Je hais les moustiques
– 22 millions de fois ! Mais j’ai l’air de quoi à me contenter de mes agrandissements à 200%

Que voient exactement les asiatiques aux yeux bridés ?

yeux_brides_A
.
Avec mon histoire bizarre de rétrécissement du champ de vision, je me posais tout à coup cette question : comment voient les asiatiques avec leurs yeux bridés. Est ce qu’ils voient tout le champ normalement, ou bien est ce qu’ils ne voient que par une petite fente comme s’ils étaient dans une boite aux lettres ? Comme là sur l’image de droite : Continue reading

Des lunettes pour aveugles ou malvoyants …

aveugles_lunettes
.

Je découvre dans le Point qu’alors que les premières Google Glass pourraient bientôt être commercialisées, une paire de lunettes révolutionnaire vient de voir le jour en Israël. Basée sur la technologie de la réalité augmentée, elle permet aux aveugles et malvoyants de “lire” en pointant simplement du doigt articles de journaux, menus de restaurant, panneaux de signalisation ou étiquettes de produits alimentaires…. Grâce à un capteur situé sur la branche et utilisant le système de conduction osseuse, une voix s’active automatiquement et lit le texte ou identifie la couleur des feux tricolores.

Je trouve cette idée magnifique et j’aime les gens qui innovent et inventent des produits comme ça. Mais nous, en France — heureusement — on est bien meilleurs : on a beaucoup de ministres et des gros syndicats et des parlemetaires qui pondent des lois toute l’année, et quand on ne fait pas grève, on jacasse politique et idéologie du matin au soir. L’arbre se juge à ses fruits. En tout cas des inventions comme ça font plus de bien à la société que des centaines de discours de nos politiciens !

La vidéo de démo est ici, sur Youtube

Ecrire l’automne en braille !
Imaginer ce qu’imaginent les aveugles…
Et si on écoutait enfin les sourds-muets ?
Je propose une “journée nationale” pour les chiens d’aveugles
Je vais apprendre le braille

L’oeil de Luís de Camões…

camoens13_1

.
J’en avais déjà parlé à l’époque mais comme je repassais devant lui ce soir en descendant du Trocadéro, j’ai refait une photo…

Pour ceux qui ne le connaissent pas : Luís Vaz de Camões, dit le Camões (1525 – 1580) est considéré comme le plus grand poète du Portugal. Défiguré, avant l’âge de vingt-cinq ans, par une flèche qui lui rentre dans l’œil droit, les portraits qu’on a de lui le représentent borgne mais cela ne l’empêche pas d’être un Don Juan. Raillé un jour par une méchante dame qui le traitait de « tête-sans-yeux », il répondit en vers : Sans yeux j’ai vu clairement le mal / Que font les yeux, / Car « tête-sans-yeux a vu /Des yeux qui lui coûtent cher…

La statue en entier :
Continue reading

Voir l’invisible…

chapVisuel_REEL-et-BOSCH

.
C@t me dit :

“Ce n’est pas parce que les choses sont invisibles qu’elles n’existent pas…”

Et, effectivement, depuis que je suis né, je crois que je n’ai été bien qu’avec des trucs abstraits, qui n’existent pas vraiment : le Paradis, les licornes (ou plutôt la disucussion des petits lapins) qui broutent du serpolet dans la tapisserie de la Dame à la Licorne au musée de Cluny, ou le chat de Schroëdinger, les maisons en pain d’épice, me ballader dans les calendriers de l’avent ou dans des petites villes du moyen-âge … ; ou des choses invisibles : l’art de la fugue de Bach, les dernières sonates de Haydn , les souvenirs, les étoiles (qu’on ne voit d’ailleurs même plus dans le ciel de Paris), le vent, les langues au nord de l’avenir, les les trucs en fa mineur…etc)… Ou des choses infimes et minuscules : des haikus de trois lignes, des pièces de clavecin de Louis Couperin de trois minutes, des herbes et des brindilles. Bref que des trucs abstraits, des préoccupations totalement débiles…

Et le rétrécissement de mon champ de vison n’arrange évidemment pas vraiment les choses : plus il diminue et plus je m’éloigne du monde réel, me balladant dans l’inexistant ou l’invisible. Moins je vois et plus j’invente, ce qui me perdra … Bon faut parfois réajuster mais pour l’instant j’y arrive.

Ce qu’il faut que j’arrête surtout c’est de mettre des liens à chaque mot. C’est super agaçant, je sais. Désolé mais je tourne en rond comme un derviche tourneur. Le syndrome du blog fou qui tourne en rond doit avoir un nom, faut que je me renseigne à Sainte-Anne. Peut-être ça s’appelle simplement le syndrome du fou qui s’est planté un clou dans le cerveau gauche et qui fait tourner son cerveau droit autour ? En tout cas j’aime bien ce qui tourne, c’est clair. Aille, encore un lien.


Et si vous pensez que je suis le seul cinglé à aimer les licornes : allez aux Cloisters voir l’expo.

Et l’ascension des âmes auParadis de J. Bosch est tout de même bien étonnante (détail):
Continue reading

Just for fun

tintin_rothschild
.
Just for fun ? ou plutôt clair que ce truc de champ de vision qui se rétrécit encore commence à me taper sérieusement sur les nerfs… et le cerveau.
Ma prochaine vie : souris, lapin ou ange… au choix

Des ultra-rayonnements de détresse qu’entendent les anges

rembrand_yeux_gd.jpg
Rembrandt, Autoportrait, 1630, eau-forte et burin, 51 x 46 cm, détail (Amsterdam).

rembrandt__yeux_mini.jpg J’ai reçu de Hollande un magnifique CD de musique baroque, le dernier enregistrement de Fred, un de mes amis luthiste d’Amsterdam. Sur l’enveloppe, il y avait l’autoportrait de Rembrandt. J’ai regardé pendant un long moment ces yeux étonnants et pensé à cette phrase de René Char (Feuillets d’Hypnos, 1943-1944) :

guillemets_noirs-TNR

Les yeux seuls sont encore capables de pousser un cri

Mes yeux poussent peut-être un cri identique en ce moment mais heureusement les gens ne les entendent pas. Et n’importe comment ça ne servirait à rien : la détresse d’alzheimer, seuls quelques anges pourraient l’entendre…et encore. Mais je ne peux pas en vouloir aux anges : ils ont beaucoup trop à faire pour l’instant sur la bordure de la galaxie !

Rilke parle de cette détresse dans sa Correspondance :

Enfin, il y a sûrement un degré de détresse qu’entendent les anges, des ultra-rayonnements de détresse que les humains ne perçoivent pas, qui traversent leur monde épais et ne peuvent faire retentir qu’au-delà, dans la lumière d’un ange, un violet sourd, douloureux, comme l’améthyste dans sa géode.

la détresse que seuls quelques anges pourraient entendre

Le grand cèdre et le chapeau de Monsieur de Jussieu

jussieu_cedre2

Bon, je lirai Pennac ou Gilles Leroy dans une centaine d’années. Pour l’instant je suis dans “Le tour de France par deux enfants” de Bruno. Oui, je sais, ça ne date pas d’hier (1877), mais je viens de le retrouver sur une étagère de ma chambre et ça m’amuse de ne pas lire le Renaudot ou le Goncourt au moment où tout le monde pense qu’il faut lire les mêmes choses en même temps. Et puis je tombe sur ce bel arbre qui me touche. D’abord parce qu’il n’y en a plus comme ça à Paris sinon les gens seraient heureux de pouvoir s’asseoir à l’ombre de ses grandes branches. Ensuite parce que je lis cette histoire que je trouve très belle : “Bernard de Jussieu avait tant travaillé que, sur la fin de sa vie, il devint presque aveugle ; il ne pouvait plus lire ni écrire, ni surtout distinguer ses chères plantes ; mais son neveu, auquel il avait communiqué son savoir, l’aida de ses yeux et de son intelligence : le neveu voyait à la place de l’oncle et il lui disait tout ce qu’il voyait. L’oeuvre de Jussieu put donc être continuée et ne fut pas interrompue par sa mort”.

Je trouve cette histoire très touchante et si, j’étais cinéaste, je ferai un beau film sur les derniers mois de la vie de Jussieu dans son grand herbier du cabinet du Roy… Mais pourquoi est-ce que je vous raconte tout ça au juste ? Ah oui c’est parce qu’à mon bureau (je dis à mon bureau mais pas seulement) ils me disent toujours : “mais il faut être patient tu sais, ce que tu demandes exige du temps”… Et moi quand je parle de grands projets ou de grands chênes, je regarde toujours si ceux qui me demandent d’être patient ont planté le gland ou non ! Si je vois qu’ils l’ont planté, je sais être patient : je sais que si on l’arrose, il finira par donner un grand chêne. Mais s’ils ne le plantent pas et me demandent d’attendre, ce n’est pas de la patience, c’est un mensonge doublé d’une résignation dont j’ai déjà parlé ici.

Attendez, il faut que je finisse de vous lire la fin du texte qui est à côté de l’image :

“Quand on se promène dans Paris, au Jardin des Plantes, on voit un grand arbre, un magnifique cèdre qui rappelle Bernard de Jussieu. C’est en effet ce dernier qui l’a rapporté dans son chapeau et planté en cet endroit, alors que le grand arbre n’était encore qu’une petite plante”.

Lui en tout cas l’avait planté ! Chapeau Mr de Jussieu !

—————
Wikipedia : Le livre de G. Bruno (pseudonyme en hommage à Giordano Bruno) – et Bernard de Jussieu

Mouches

L’ophtalmo qui m’avait fait du laser m’avait dit : “si vous voyez des mouches qui passent devant voutre oeil, c’est mauvais signe”. Bon, depuis deux jours, les mouches n’arrêtent pas de passer. Peut-être c’est ma rétine qui est en train de craquer. Aille ! faut que je me renseigne pour savoir ce que je fais très exactement si tout à coup ça se déchire.

Voilà ce que je vois sur mon écranmouches.jpg

Je vais apprendre le braille

champvision.jpg

Les derniers examens montrent que mon champ de vision continue de se rétrécir dangereusement. Il faut désormais que je fasse sérieusement gaffe au bus qui arrive sur la droite car, boum, je ne le vois que lorsque c’est trop tard. En bas non plus, je ne vois plus rien et je me tape tous les trottoirs. Il y a plein de trucs que je ne vois plus. Et si j’ajoute tous ceux que je ne veux pas voir. Et aussi ce que je ne veux pas entendre, ça fait pas mal de choses qui sont désormais exclues de ma vie. Reste ce qu’il y a devant et en haut. C’est déjà pas mal. Surtout en haut : les oiseaux, les ciels, la lune, ls étoiles… c’est beau !

Pouvoir décrire la lumière… si un jour elle disparaissait ?
Ecrire l’automne en braille !
Imaginer ce qu’imaginent les aveugles…
Des lunettes pour aveugles ou malvoyants …
Et si on écoutait enfin les sourds-muets ?
Je propose une “journée nationale” pour les chiens d’aveugles

Noir et blanc (suite)

Ce n’est pas important, mais c’est la première fois que j’en prends conscience. J’ai toujours vu Camille Claudel sur des photos en noir et blanc. Et je viens d’apprendre que Camille avait des yeux bleu marine (dont son frère Paul disait qu’ils étaient “couleur de raisins mûrs”). Bleus marine donc, je n’y avais même pas pensé ! je suis prisonnier des photos en noir et blanc. Et peut- être aussi prisonnier de bien d’autres choses.
—-
camille.jpg

You can’t fool ALL of the people ALL the time !

braille2.jpg Si ma vue continue à baisser comme au cours de ces deux dernières semaines, je crois bien que je vais être obligé de me mettre au Braille ; et de prendre un chien d’aveugle… Les chirurgiens sont des menteurs : ils vous opèrent de la cataracte en vous assurant que tout va être comme au premier jour; que vous verrez la lune… tu parles ! Au bout d’un an, une deuxième couche de gris tombe et tout est de nouveau flou. Travailler sur écran devient problématique et lire quasiment impossible. Heuresement il me reste encore mes oreilles et les quatuors à cordes… Mais bon, j’enrage qu’ils ne disent jamais la vérité (chirurgiens, politiques; statisticiens, journalistes, parlementaires etc.). . Bizarre toout de même cette société où tout le monde passe son temps à mentir sur tout. Et (sauf une révolution improbable) il y a peu chance que ça change. Sauf si Abraham Lincoln avait raison : “You can fool some of the people all of the time, and all of the people some of the time, but you can’t fool all of the people all of the time.”

dylanfreewheelin.jpg

Ce qui me remet en mémoire ce couplet de Bob Dylan…

Well, now time passed and now it seems
Everybody’s havin’ them dreams.
Everybody sees hisself walkin’ around with no one else.
Half the people can be part right all of the time, an’
Some of the people can be all right part of the time,
But all the people can’t be all right all of the time.
I think Abraham Lincoln said that.
“I’ll let you be in my dream if I can be in yours.”
I said that.

BOB DYLAN
Talkin’ World War III Blues
Freewheelin’
Avril1963

Il y a des jours où on ferait mieux de ne pas sortir

vision1.jpg Hier soir, en rentrant d’un dîner, je me rends compte que j’ai perdu dans le taxi ma clé USB et l’étui de mes lunettes “post-cataracte” hyper complexes et hyper chères. A 0:53 j’appelle tous les taxis-radio: rien… Panique car je n’y vois rien à distance d’écran et ne sais pas comment je vais pouvoir travailler sans ces lunettes… Sans parler du coût (les yeux de la tête) d’une nouvelle paire. Plus d’argent dans la tirelire. J’enrage. Et plus de clé USB non plus. Arrrrgggghhh !

Dès que je vois passer des rennes, je vous le dis…

renne.gif Avant de m’opérer de la cataracte à Rothschild, ils m’avaient fait signer un papier dégageant leur responsabilité et énumérant tous les troubles collatéraux qui pouvaient survenir ultérieurement. Notamment qu’après une amélioration temporaire, il pouvait y avoir une régression sensible de la netteté de la vision. Ce qui m’arrive avec des troubles du vitré qui s’accentuent et qui se traduisent par une neige de plus en plus forte qui me passe devant mes yeux. Si ça continue – et si la neige continue à tomber à gros flocons comme ça – je vais bientôt voir passer des rennes ! Remarquez, perdu pour perdu, ça me fera au moins voyager. Je n’ai jamais été dans le nord canadien, ça me dépaysera !

Heureusement mes oreilles tiennent le coup ! J’étais ce soir à un concert à Saint Séverin écouter de sublimes motets de Marc Antoine Charpentier. Quand je pense à la misère spirituelle de l’époque dans laquelle nous vivons aujourd’hui j’ai envie, comme ils le chantaient ce soir dans le Reniement de Saint Pierre, “de sortir au dehors et de pleurer amèrement”…

J’envie Tsang-Kie
Mes lunettes perdues aux objets trouvés ?

Mes yeux qui baissent à nouveau, j’envie Ts’ang Kie…

yeux.jpg Ts’ang Kie était ministre de l’empereur jaune. Sa particularité de était d’avoir deux paires d’yeux (portrait ci-contre, 1685). On raconte qu’il s’inspira de la lune tantôt ronde, tantôt croissante et des empreintes d’oiseaux et d’animaux pour inventer l’écriture chinoise. Selon la légende, les dieux du ciel furent si effrayés de cette invention qu’ils en pleurèrent des jours et des nuits. Une pluie de céréales se mit alors à tomber sur l’empire. Les suites toujours problématiques de mon opération de la cataracte me font – tous les jours et chaque minute de la vie – envier le bienheureux Ts’ang Kie !

Merci à F.A.-Groshens pour le portrait et le mythe fondateur, et à R.Josué S. de me l’avoir signalé.

ça y est, j’ai mes nouvelles lunettes …

lunettes.jpg Voilà, j’étais revenu à Paris en coup de vent, juste le temps de prendre mes lunettes qui arrivaient de l’usine. Les verres (qu’ils ont mis des plombes à calculer tellement c’était complexe), c’est le délire absolu: progressifs comme avant mais cette fois dans tous les sens (gauche/droite aussi) ce qui fait que lorsque je bouge le nez d’un milimètre à gauche ou à droite (ce qu’on fait tout le temps pour lire un journal ou regarder passer les jolies femmes), tout se déforme : prenez Le Monde, par exemple, (je laisse tomber les femmes pour l’instant tellement ça tangue) pour vous il est rectangulaire et il reste droit quand vous lisez de gauche à droite ; eh bien vous avez de la chance. Moi, dès que je commence lire, il devient parallélépipède, puis rectangulaire à nouveau quand je suis au milieu de la phrase, et re-parallélépipède quand j’arrive à la fin de la phrase ! D’ailleurs je n’arrive même pas à la fin de la phrase tellement ça tangue.
Dans les avions ils disribuent des petits sachets pour le mal de coeur : mon opticien ne m’a rien donné ; je lui dis: “mais ça ne marche pas ce truc, tout est déformé, c’est délire tellement ça ondule”. Et lui il répond pépère : “faut les porter, mon cher Monsieur, le cerveau va s’habituer !”
Vous savez ce qu’il va faire le cher Monsieur et son cerveau ? Il va craquer !

Dernières nouvelles du cyclope

Bon, j’ai vu mon ophtalmo aujourd’hui qui dit qu’en plus de l’implant “froissé” à l’oeil droit, je présente maintenant “des troubles vitréens qui sont responsables d’une vision fluctuante en raison de gros flocons vitréens passant dans l’axe de la vision. Etat oculaire rendant impossible le travail sur écran”. Arrrgghhhhh ! “L’amélioration se fera, dit encore l’ophtalmo, “après quelques semaines (3 à 4 mois).”
Donc j’arrête tout et vais me coucher ! “Trois à quatre mois”… Non mais je craque carrément ! Et à mon bureau je fais quoi si je ne peux pas voir pas les détails à un pixel près? J’peux tout de même pas faire des sites web avec de “gros flocons vitréens qui passent dans l’axe de la vision” ! re-Arrrgghhhhh !

Il va m’arriver ce qui est arrivé à Oscar Vladislas de Lubicz-Milosz : le 2 mars 1939, il s’effondrait mortellement après s’être fâché contre son canari qui ne voulait pas rentrer dans sa cage. Le médecin concluera à une embolie.
Mon canari, c’est la paix de l’âme, que je n’arrive plus à faire rentrer dans ma tête !

Les yeux des gueux et la rosace de Notre-Dame

oeil.gif Ce n’est pas intéressant, je sais, mais mon oeil droit est de plus en plus flou, l’opération de la cataracte ne s’est donc pas si bien passée et mon ophtalmo dit que l’implant qu’ils m’ont mis est “froissé” et que s’il ne se “déplie” pas, il faudra sans doute réopérer pour mettre un nouvel implant. Argggghhhh !
Cela me fait penser à cette lettre de Vincent Van Gogh :

“Je préfère peindre des yeux humains plutôt que des cathédrales, si majestueuses et si imposantes soient-elles – l’âme d’un être humain – même les yeux d’un pitoyable gueux ou d’une fille du trottoir sont plus intéressants selon moi”.

19 décembre 1885

PS. Toute cette Correspondance avec son frère Théo est magnifique et absolument bouleversante.

Les troubles de la vision binoculaire…

bird_cage02.gif Bon, le problème c’est que les troubles de la vision binoculaire se sont accentués avec l’opération de la cataracte (voir juin). Mes yeux ne convergent pas très bien et donc pendant que mon oeil gauche travaille pour lire un texte, l’oeil droit se prélasse dans la marge. Donc malaise pour lire et travailler. Dans ces cas là, on vous envoit chez un orthoptiste qui vous fait regarder dans des appareils bizarres où l’oeil gauche voit une cage et l’oeil droit voit un oiseau. Et l’idée, bien sûr, – enfin c’est ce que vous demande gentiment l’orthoptiste – c’est de faire rentrer l’oiseau dans la cage, histoire de faire travailler les muscles des yeux. Moi je ne peux pas ; je n’arrive pas faire rentrer les oiseaux dans des cages. Enfin je n’aime pas l’idée (car j’ai tout de même eu un chardonneret sublime une fois, mais c’est une autre histoire). Donc je sens que les séances vont être difficiles. Une fois, on avait voulu me faire sauter un lion dans un cerceau. Vous je ne sais pas, mais moi je considère qu’une civilisation qui met les éléphants dans des zoo et qui trouve drôle de faire faire du hulla-hoop au roi des animaux dans un cirque est une civilisation vulgaire.

Dès que je vois passer des rennes, je vous le dis
J’envie Tsang-Kie

Roméo à Rothschild

oeil_Romeo_juliette
.
Bon, je rentre de Rothschild. Deuxième opération de la cataracte. Tout s’est super bien passé. Je ressort avec un bel oeil tout neuf ; tout est lumineux, même beaucoup trop lumineux et je tape ce texte avec des lunettes noires. Mais comme c’est carrément hyper éblouissant, je ne vais pas en faire des tartines ce soir.

Juste pour dire que dans la salle d’anesthésie il y avait une fille allongée qui dormait. On me pousse sur mon lit à roulettes et on me met carrément à coté d’elle. Très jolie et jeune alors que la semaine dernière il n’y avait que des vieux de quatre vingt dix ans. Elle a comme moi les habits bleus en papier qu’on vous met dans les hôpitaux pour les opérations chirurgicales. Avec ces horribles petits chapeaux de papier qu’on vous met sur la tête…

Enfin bon, ils surveillaient son anesthésie et le compteur geiger amplifiait les battements de son coeur : “bip, bip, bip”… Allongés l’un à coté de l’autre, tous les deux seuls dans cette salle, on avait l’air de deux gisants. Moi,- vous me connaissez – avec mes lectures débiles, je pense tout de suite à Roméo allongé à coté de Juliette – forcément ! – et attendant l’effet du poison dans ses veines. “bip, bip, bip” son coeur bat à haute voix dans la salle de réa. Comme j’avais l’air plutôt nul avec mon chapeau bleu enfilé sur ma tête j’étais plutôt content qu’elle dorme et ne voit rien ! Et puis son lit à roulette s’est éloigné : “B I P, B I P Bip bip b i p… … Et une demi-heure après c’était mon tour. J’avais tellement peur qu’on me crève l’oeil que j’ai complètement oublié de demander son prénom au chirurgien, juste comme ça, pour savoir si elle s’appelait Juliette.

Le voile de la cataracte

mask2
.
Depuis des mois, une petite brume grise tombait sur mes yeux. Comme un voile cachant progressivement la vue et donc le monde. En quatre ou cinq mois tout s’est brusqument assombri. A Venise, où j’étais en mai, c’était comme si Canaletto avait pris les pinceaux de Monet : les traits étaient moins nets et tout devenait un peu brouillé. Et je ne suis pas certains d’avoir bien reconnu toutes mes Madones de Bellini auxquelles j’étais venu rendre visite. Mais bon, ça y est, je me suis fait opérer par le professeur THX à Rothschild. Qu’il soit béni pour sa dextérité et son humour ! Et de permettre ce nouveau regard sur le monde. L’oeil droit est désormais d’une luminosité étonnante, tout est incroyablement propre, les rues, les trottoirs, les murs. Comme si tout avait été lavé et ravalé pendant la nuit. Sorte de loi Malraux pour les yeux. Même le frigidaire est désormais vraiment blanc. Plus besoin de femme de ménage : tout est propre ! Le plafond aussi. Stupéfiant. Mais bon, il y a encore l’autre oeil à faire. Et ensuite on verra. Il parait que le ciel aussi sera plus bleu. Pour l’instant la gamme pantone est un peu bousculée : le ciel est un peu trop mauve à mon goût et les murs un peu trop blancs. Mais les merles sont restés noirs et ils chantent toujours aussi bien le soir sur la pelouse. Verte ?

(Masque Makonde, Tanzanie, bois, patine ocre rouge, rehauts de pigments noirs).

Décision après discussion avec mon chirurgien

Si – après l’opération de la cataracte – j’y vois de nouveau à peu près normalement – j’ai décidé: d’acheter un appareil numérique, de me remettre à la photo et de faire un blog basique sur internet. Juste histoire de voir que quelque chose à changé dans ma façon de voir le monde. Donc voilà, je sors mes pinceaux, je taille mes crayons et je commence à écrire. N’importe quoi. Faut bien commencer son premier blog quelque part, n’est ce pas !

%d bloggers like this: