“Virgile, faudrait m’étoffer ça”… !

virgile_casque2
.
Je m’émerveille tous les jours — en me balladant au Luco — devant la beauté de ce que je vois : les ciels, les fleurs, les arbres, les nuances de verts, les orages, les oiseaux, les saisons … bref la beauté de la Nature qui m’apparait vraiment sans fin… Comme la pluie ce soir qui sentait bon le tilleul et le chèvrefeuille…

Si Virgile arrivait aujourd’hui et apportait son manuscrit des Bucoliques à un éditeur contemprain : “C’est gentil votre petite affaire, dirait celui-ci, mais il faudrait m’étoffer ça”…. “

(Je crois que j’avais lu ça à l’époque dans le Journal de Gilbert Cesbron)

A propos d’esprit bucolique, j’en profite pour dire que je commence à en avoir marre des écologistes et des verts (qui font de la politique et ne s’ooccupent pas de la nature) et des politiciens (qui font de la politique et se contretapent de la nature). En fait, j’aimerais qu’on donne le droit de vote aux vaches, aux porcs, aux poulets et aux abeilles et qu’on crée un “Tribunal pénal animal international” pour juger et condamner les parlementaires qui n’ont jamais eu le courage de prendre des lois interdisant l’indigne maltraitance animale. Je considère que les abattoirs sont une honte pour notre société. J’ai entendu la ministre de la culture parler récemment d’exception française : qu’elle commence par ce qui est important : l’exception animale ! Et qu’elle dise à son collègue de l’agriculture qu’on devrait le pendre par les pieds avec une chaine dans un abattoir (qu’il puisse voir ce que c’est); et à sa collègue de la justice que les prisons sont une honte également. Au lieu de pondre des textes inutiles ou de faire des grandes “conférences sociales” à la noix, ils feraient mieux de s’occuper des animaux. Y a du boulot ! Le changement, comme disait l’autre, ça devrait être maintenant ! Et voilà, j’étais paisblement avec Virgile et ces politiques m’ont encore fait sortir de mes gonds !

L’urgence de devenir végétarien…
Exiger pour les vaches un acte de repentance de la société !

virgile, nature, écologie, bucoliques, animaux

Le poids des pensées…

argo_barque3
Pour me calmer les nerfs, j’ai recherché un passage de la Divine Comédie où Dante et Virgile montent l’un après l’autre dans la barque de Phlégyas, le nocher du Styx. Je l’ai retrouvé : c’est dans l’Enfer au au Huitième chant.

Ce que j’aime bien c’est que, pour expliquer que l’ombre de Virgile mort ne pèse plus d’aucun poids – alors que le corps de Dante appartient encore à la pesanteur du monde des vivants – d’autres écrivains auraient utilisé des comparaisons laborieuses ; Dante nous dit juste que Virgile entre dans la barque mais que ce n’est qu’au moment où lui-même entre dans la barque qu’elle s’enfonce dans l’eau (“e sol quand’io fui dentro parve carca”) :

“Mon guide, cependant, descendit dans la barque,
Puis il m’y fit entrer derrière lui ;
Quand j’y fus seulement, elle parut chargée”.

Lire la suite]
Continue reading

%d bloggers like this: