Marre des citrouilles !

tousainttombes2.jpg Bon, je n’ai aucune raison particulière de mettre cette image là, sinon de dire NON à l’infestation halloweenienne qui m’exaspère. Je déteste ces trucs païens en prêt-à-porter mondialisé – surtout quand ils font l’objet d’une promo-récupération médiatico-commerciale que je trouve à la fois indigne, puérile, vulgaire et inepte. J’aime mieux, tant qu’à faire, qu’on me récite la litanie des Saints, cette belle ronde de liens qui se tendent entre le ciel et la terre ; et je préférerai toujours – et de loin – la dévotion à la dérision qui est pour moi le signe d’une civilisation en pleine déconfiture. Oui je sais, c’est réactionnaire mais ça me plait. Et cette photo en noir et blanc est tellement plus belle que leurs horribles citrouilles de pacotille qu’ils saupoudrent partout en ce moment, pensant sans doute qu’elle est l’expression d’une forte créativité et inventivité graphique alors qu’elle n’est en réalité, pour moi, que le signe d’une indigence spirituelle universelle, d’un psitacisme mondialisé, d’un conformisme planétaire, d’un dérèglement culturel global et d’un crétinisme totalitaire.
halloweenlogos.jpg
Le logo de Google est celui de l’année dernière. Cette année je ne sais pas encore ce qu’ils vont nous imposer comme horreur. Si seulement ils pouvaient arrêter. Juste arrêter.

Post scriptum : Je pense que le temps est venu de relire le Discours sur la Servitude Volontaire de la Boétie. Et Henry-David Thoreau (la désobéissance civile). Et sans doute de carrément partir dans les bois (Walden). Mais avant, arrêter cette inuspportable soumission mentale. Qu’ont-ils fait de leur cerveau pour en arriver à tous faire la même chose au même moment avec les mêmes déguisements et les mêmes citrouilles et la même joie béate de constater qu’ils font tous la même chose au même etc (da capo) (ad infinitum) et (ad nauseam) … C’est marrant quand on y pense : ils revendiquent tous davantage de liberté et ils se comportent comme des clones. Avant même qu’on ne les clone.

Les livreurs de pizza vont pouvoir livrer leurs missiles avec plus de précision !

longitude2.jpg
Bon, je viens de découvrir ici qu’avec Google map on pouvait désormais connaître la longitude et la latitude exactes de l’endroit où on habite. Par exemple je peux vous dire qu’au troisième top, la chaise sur laquelle je suis assis présentement est exactement à +47° 21′ 33.31″, +2° 18′ 31.80″. C’est bien, c’est même sûrement très bien, mais ça sert à quoi exactement ? (je veux dire si on ne fait pas de la voile pour envoyer un signal de détresse). Peut-être à ajouter sur sa carte de visite pour faire chic et être vraiment très précis ? Je ne sais pas trop. Le truc qui m’embête le plus, pour tout vous dire, c’est qu’avec leurs nano-missiles, les terroristes vont maintenant pouvoir faire du travail de précision : avec Google map leurs engins vont pouvoir vous arriver sur le museau en rentrant directement par la fenêtre de votre chambre ! C’est précis à ce point leur système. Franchement j’ai un peu peur. Pas vous ? Ou alors c’est juste pour aider les livreurs de pizza à vous trouver plus facilement ? Mais oui, c’est très sûrement ça ! Faut pas avoir peur du progrès technique.

Le bateau in memoriam sur Google Maps
L’inadmissible précision de Google Maps

Et vous, qu’effaceriez vous de la planète ?

touristremoval.gif Je tombe par hasard sur un site qui vous explique comment effacer des touristes indésirables sur vos photos de vacances (évidemment pas “vous-le-touriste” qui prend la photo, mais “l’autre-touriste”, celui d’en face, celui qui est indésirable et qui fait tache sur vos photos touristiques). Bon, ce sont de banales astuces photoshop que tout le monde connait mais l’idée est plutôt marrante. Qu’effacer d’autre dans la vie ? Les imbéciles ? peut-être ça ferait donnerait trop de travail ! Mais quoi d’autre ? Les voitures, les gens qui font du bruit, les cafards, les pesticides, les banlieues, les supermarchés, les migales, les terroristes, les fanatiques, les sites porno, la poussière, les trucs visqueux ou gluants, l’arrogance et la prétention, les cancers, la méchanceté, la cruauté …
Et vous qu’effaceriez-vous ?

Help, mon horloge biologique est détraquée !

tendresse_2008_2
.
Ils m’ont encore mis d’office à l’heure d’hiver mais comme mes habitudes continuent à fonctionner à l’heure d’été, ma vie est totalement cahotique : j’ai faim quand il ne faut pas, je ne dors pas quand il faut, je suis fatigué tout le temps : c’est jet lag sans même prendre l’avion. En pensant à ces histoires de changement d’heures, je me demande d’ailleurs si ce n’est pas carrément mon horloge biologique qui est détraquée…

Par exemple ma cataracte : j’aimerais bien comprendre pourquoi je l’ai eue si jeune alors que les gens l’ont généralement à 70, 80 ou 85 ans. Peut-être je suis vieux avant l’heure ? Peut-être mon horloge biologique s’est emballée et elle avance d’une vingtaine d’années ? J’ai peut-être la cataracte de mon grand-père ? la façon de penser de mon arrière grand-père ? (aille !) la souplesse mentale de mon père (aille encore).

Sais pas ce qu’il faut faire quand on est vieux comme ça : se préparer à aller dans un asile ? (tiens, faut que je demande à la CNAV si je peux partir plus tôt à la retraite). Ou alors je suis déjà à deux doigts du cancer de la prostate ? ou des soins palliatifs ? Merde, comment est ce qu’on la règle cette foutue horloge biologique ? Help !

Je ne peux pas mettre le copyright sur l’image car je n’en connais pas l’auteur. Qu’il me pardonne. Elle était sous-titrée “Tendresse”…Regardez surtout la main rouge… Terrible…

J’exige un “Grenelle” pour le wasabi !

wasabi_04.jpg Quand Alzheimer tape un peu trop fort, je vais diner avec Laurent chez le Japonais de la rue du Sabot et, avant et après sushis, on boit pas mal de saké. Les cheveux tirent un peu le lendemain matin, mais bon, alzheimer est passé un peu au second plan … Le problème c’est ce foutu wasabi dont je raffole et que je prends donc toujours en trop grande quantité (d’où l’abus de saké pour éteindre l’incendie). J’ai appris qu’il était assez cher et difficile à se procurer et que donc qu’ils fabriquaient en douce un substitut en mélangeant du raifort et de la moutarde teintée en vert pour lui donner la couleur du wasabi. Et vous savez quoi ? ça ne me plait pas du tout ! Je veux du vrai wasabi, de l’original, de l’authentique, du non-transgénique et du pas-OGM. Le pire c’est ce qu’ils disent sur Wikipédia : que le broyage de la racine de raifort, déjà riche en isothiocyanates et sinigrine, créait une réaction enzymatique avec une saveur apportée par l’isothiocyanate de 6-méthylhexyle, de l’isothiocyanate de 7-méthylheptyle et de l’isothiocyanate de 8-méthylthiooctyle… Mais c’est pas ahurissant que j’aime des trucs comme ça ?

J’aime bien la couleur en tout cas :-)

wasabipalette.gif

“C’est bien, il fait encore beau” !

corbeau.jpg
Tous les ans, quand il fait encore beau mais qu’il commence à faire froid et que le ciel devient gris, ma mère dit la même phrase et moi, chaque fois, je l’entends de travers. J’entends : “c’est bien, il fait en corbeau” et pof, je suis dans un tableau de Breughel. Oui, je sais c’est complètement idiot d’entendre corbeau quand on vous dit qu’il fait encore beau et vous devez vous dire que ce blog est totalement débile mais bon, il faut bien que je vous dise les choses essentielles qui arrivent dans ma vie, non ? Et ce corbeau qui revient tous les ans à l’époque de la Toussaint, c’est essentiel dans ma vie. Et donc c’est sur ce blog. Bon, allez, pour que vous ne soyez pas trop déçus, je vous donne aussi ce petit haïku de Bashô :

Le corbeau d’habitude je le hais

mais tout de même… ce matin


sur la neige… !

Quelques haikus
L’étonnante intelligence des corbeaux (conférence de Joshua Klein sur TED ; 10:06 min)
Ceci n’est pas un corbeau !

Quand on a raison trente ans avant les autres on passe pour avoir tort pendant trente ans

hunawihr2.jpg A la radio, je les entend jacasser [on est en 2007] sur le Grenelle de l’Environnement et je pense avec nostalgie aux petits villages qu’il y avait quand j’étais haut comme trois pommes.

Des petits villages alsaciens pas plus grands que des maisons de poupées et où il faisait bon vivre. Il n’y avait pas de pollution, pas d’OGM, pas de pesticides et pas de centrales nucléaires. Mais il y avait des coquelicots et des bleuets dans les champs de blé. Et il y avait des oiseaux et des abeilles, des renards et des hérissons et aussi des hannetons dans les marronniers. La vie était douce et ça sentait bon le vignoble ensoleillé et les animaux dans les cours de ferme. Le pain ne séchait pas en une journée et il n’y avait pas de date de fraîcheur sur les oeufs. Les poulets qu’on mangeait n’étaient pas élevés hors sol, il y avait des cigognes sur le toit de l’église et il faisait beau et chaud en juin.

Il n’y avait pas de RER, pas de banlieues, pas de tag, pas de violence et pas de chômeurs. L’hiver, tout était recouvert de neige, mais il n’y avait pas de Plan grand froid ni de SDF. Il y avait des corbeaux noirs sur le blanc des champs comme dans les toiles de Breughel et on faisait des bonshommes de neige avec deux charbons pour les yeux et une carotte pour le nez. C’étaient des petits villages qui tenaient dans la paume de la main, il n’y avait pas de grands médias mais les enfants pouvaient faire de la luge et nos oncles jouaient des quatuors à corde dans des pièces qui sentaient bon la cire d’abeille et la colophane. Le dimanche il y avait des kugelhopf, à Pâques on cachait des oeufs peints dans les arbres, à Noël les gens chantaient minuit chrétien dans des petites églises où on se les gelait.

C’était avant que n’arrivent ceux qui ont tout détraqué. Ceux-là même qui, quarante ans après, nous font le coup du Grenelle de l’Environnement avec des trémolos écologistes dans la voix. La vraie question est : si c’est pour dire maintenant que ce n’était pas bien de le faire, pourquoi est ce qu’ils l’ont fait ? J’aurais pu leur dire, s’ils me l’avaient demandé, qu’ils abimaient la planète de façon irrémédiable. Mais ils ricanaient en se moquant des petits villages fleuris et ont tout recouvert de supermarchés, d’hypermarchés, de conforama, de pompes à essences et de centres commerciaux hideux. Ils ont construit des tours qui sont de vrais clapiers où ils ont entassé les gens en défigurant les villes jusqu’à avoir envie de vomir tellement c’est laid. Maintenant quand on quitte une banlieue de merde on rentre sans transition dans la banlieue de merde de la ville suivante. Et les cigognes n’ont plus de grenouilles à manger et comme les églises ne sont plus chauffées, elles se gèlent les fesses.

Voilà, c’était mon petit couplet nostalgique et réactionnaire. Vous me connaissez maintenant : vous savez que j’exagère toujours un peu ! Mais eux aussi ont éxagéré en massacrant la planète. Vous savez quoi ? Je les hais !


Quelques bouts de nostalgie

Nostalgie des coquelicots et du sourire de la petite boulangère
Mesurer le temps et sa vie en matins
Nostalgie des temps heureux
Remonter le temps en rentrant dans les tableaux
Quand les caractères s’incrustaient dans le papier

J’aime bien aller à l’hôpital !

Ce matin je vais à Tarnier, rue d’Assas. J’aime bien y aller parce que c’est un hôpital carrément vieillot, parce qu’il est à côté du jardin du Luxembourg, qu’il donne dans la rue des Chartreux (où je vais souvent dans le restaurant Les Chartreux qui a de la viande de l’Aubrac), et parce que chaque fois que j’arpente ses vieux couloirs, je tombe à la renverse quand je vois, à travers un carreau, les belles briques rouges de l’institut d’art et d’archéologie…

tarnier.jpg

A l’époque c’était la merveilleuse bibliothèque Jacques Doucet… Chaque fois que pense à Doucet je pense à André Suarès que j’ai beaucoup lu et beaucoup aimé Et chaque fois que je vais à Tarnier je pense à Lydie qui me l’a indiqué la première fois… Et chaque fois je suis content, ce qui est un comble pour un hôpital.

PS. Si on avait seulement un ou deux Jacques Doucet aujourd’hui, la littérature serait sauvée de sa médiocrité médiatique. (Doucet sur wikipédia). Mais pourquoi faudrait-il de grands mécènes pour la si petite littérature d’aujourd’hui ?

J’aime bien les briques rouges …
Le mur ocre et l’arbre qui fait du tai-chi
Ombres et briques
Les briques à l’époque où elles avaient de la classe

L’ascenseur de l’Hôpital du Val-de-Grâce ne fait pas dans la nuance !
J’aime bien aller à l’hôpital du Val-de-Grâce les jours de marché !

Déprimant de voir ça…

feux_californie.jpg
On voit de plus en plus précis d’en haut. Mais on peut de moins en moins en bas

5 minutes égalent 600 mégawatts !

ampoule1.jpg Selon le réseau de transport d’électricité français (RTE), une baisse de 0,9% de la consommation d’électricité a été observée en France lors de l’opération “5 minutes de répit pour la planète” (qui demandait aux gens d’éteindre la lumière durant 5 minutes). La baisse de la consommation d’électricité a été d’environ 600 mégawatts, a précisé RTE, soit l’équivalent de la consommation de 10 millions d’ampoules de 60 watts….
Bon, moi je veux bien mais alors continuons si c’est aussi simple. Si 5 minutes c’est l’équivalent de 10 millions d’ampoules; 50 minutes, ça fait 100 millions d’ampoules. Et si 1 heure c’est 100 millions d’ampoules, je propose qu’on fasse ça au moins 4 heures (de 20h à minuit). Et hop, ça fait 400 millions d’ampoules ! Et si on fait l’effort pendant une semaine, miracle, ça fait 7 fois 400 millions ce qui fait (attendez, je prends ma calculette, ça fait… 2 800 000 000 d’ampoules. C’est à dire presque 3 milliards d’ampoules ? Tout ça en une semaine ? Si c’était vrai – (si pour économiser l’équivalent de 3 milliards d’ampoules il suffisait simplement d’éteindre de 20h à minuit pendant une semaine) – il suffirait de se coucher tous tôt et on serait riches ! Riches et en pleine forme (moi qui ai plein de sommeil à rattrapper je suis partant). Et d’ailleurs pourquoi ne faire ça que 5 minutes par an si c’est une telle économie ? Y a qu’à le faire toutes les semaines et même plusieurs fois par mois ! Carrément du pétrole qu’on vient découvrir ! Donc il doit y avoir un truc que je ne comprends pas. Ou qu’ils ne nous disent pas et que vous allez sûrement me l’expliquer ! Ah mais oui, je viens de lire le commentaire d’Alyanie, c’est sûrement ça : s’ils éteignaient à partir de 20h, c’est la télé qui s’écroulerait ! Je me disais bien aussi que ça cachait quelque chose !

Je suis complètement idiot de faire confiance !

dragon_vert3.jpg
J’ai fait hier un rêve idiot : le fou du Roi me chuchotait à l’oreille :

la fille du Roi, la princesse aux cheveux de lin, belle comme la rosée du matin est cachée dans un dragon vert qui habite au-delà de la cinquième montagne derrière les cîmes de la troisième forêt de bouleaux blancs. Elle appartiendra à celui qui aura le courage d’approcher du dragon terrifiant et de chuchoter à son oreille (la droite, celle qui a une perle de nacre) “Peek-a-boo, belle Princesse, êtes-vous là ?”. Et alors le Dragon se transformera en Princesse ! Tu dois donc partir ce soir même et, à ton retour, tu pourras épouser la fille du Roi…

Et moi comme un âne je partais dans le froid glacial, je marchais jusqu’à la troisième forêt de bouleaux blancs au-delà de la cinquième montagne et, au moment où j’arrivais à quelques mètres du dragon, ce cinglé me fonçait dessus en crachant du feu et en beuglant comme un malade. Et paf je me suis réveillé terrorisé. C’est la dernière fois que j’écoute les fous qui me disent où sont cachées les belles princesses endormies dans un sommeil de poudre d’or ! En tout cas pas avant de savoir si c’est le bon dragon ! Pas envie de me faire dévorer pour rien si c’est pas la bonne princesse qui est à l’intérieur !

A propos de PRINCESSES et DRAGONS
Partir dans la huitième forêt, après le troisième fleuve qui coule au nord de l’avenir
Peur des dragons
Ecrabouiller le Mal
Les seules petites princesses que je rêvais de rencontrer, c’est dans les galettes des rois que je les ai trouvées.

A propos de CONTES
Je t’attends ce soir à Samarcande…
Youpi tout va mal
Les petits copeaux de bois de Tristan

A propos de CONFIANCE :
C’est beau la confiance…
Je (ne) fais (pas/plus) confiance à la justice de mon pays

Le syndrome du “ça va s’arranger” ou la pratique du renoncement

rails2
Figurez-vous que j’ai fait une grande découverte en réfléchissant aux raisons pour lesquelles les hommes politiques nous disent tous qu’il “faut être optimistes”, que “ça va s’arranger” alors que, de toute évidence, ça ne s’arrange pas… Bon je vous explique rapidement en faisant un petit détour par mon ophtalmo. Depuis mon opération des yeux, mon champ de vision est très étroit : je ne vois plus ni en haut (vois plus les oies cendrées), ni en bas (me cogne sur les trottoirs), ni sur les côtés (vois plus les bus arriver). Je ne vois plus qu’au centre et si je veux voir davantage, faut que je tourne la tête. Bon, j’explique ça à des spécialistes qui m’envoient chez d’autres spécialistes. Personne n’y peut rien parce que les implants sont nases mais tous me disent : “ne vous inquiétez pas, ça va s’arranger”. Et évidemment ça ne s’arrange pas. Mais un jour, un ophtalmo a qui je demandais pourquoi les autres me mentaient, m’a dit : “écoutez, quand ils vous disent que ça va s’arranger, ils disent en fait que… vous allez vous habituer ; et que donc ça va effectivement s’arranger mais dans votre tête”.

Dans ma tête justement, cette phrase a fait comme les marrons chauds en hiver au coin des rues : paf ! Et j’ai compris pourquoi les hommes politiques nous mentaient en disant “ça va s’arranger”. Ils disent en fait : “vous allez vous habituer”. Moi je n’appelle pas ça habitude, j’appelle ça résignation, renoncement, abandon… On ne s’est pas habitués à l’augmentation du prix de la baguette ; on s’est résignés ! On ne s’est pas habitués à la pollution ; on s’est résignés ! On ne s’est pas habitué à leur mensonges, on s’est résignés ! On ne s’est pas habitués à ce qu’ils ne gèrent pas bien la France, on s’est résignés ! On ne s’est pas habitués à la disparition des moineaux ; on s’est résignés !

Photo © Richard Hess


Attention à la méthode coué
Attention au mensonge
Attention à la déception
Attention au conformisme et à la servilité

Il faut gouverner un pays comme on fait frire des petits poissons

confucius_3
.
Tout ce que j’entends à la radio en ce moment commence à me prendre sérieusement la tête. Parfois ce sont de telles bétises que ce ne sont pas les cheveux ou les pieds qu’il faudrait se laver mais les oreilles !

En fait, je pense comme Lao Tseu,

“il faut gouverner un pays comme on fait frire de petits poissons” !

C’est à dire arrêter de les remuer toutes les trente secondes. Que les politiques arrêtent de remuer le peuple en nous inventant tous les jours un nouveau texte, une nouvelle loi, une nouvelle taxe, un nouveau plan, une nouvelle feuille de route, une nouvelle mesure, un nouveau truc idéologique qui transforme toute friture de petits poissons en purée.

Et on pourra enfin faire ce qu’on a à faire : nous concentrer, travailler, jouer, s’aimer, s’amuser, se promener, lire, jouer de la musique, réfléchir, construire, bâtir, inventer… n’importe quoi mais sans tomber dans le panneau des médias et le filet des idéologies qui ont assez polluées le XXe siècle. On est au XXIe merde, marre de l’idéologie.
.
Faut que l’Etat nous lâche un peu les baskets !
Les politiques commencent sérieusement à me plomber la tête…
Je vais arrêter d’écouter les médias
Ne pas trop énerver le Peuple !

Le Maire de Paris publie l’acte de décès des moineaux !

moineaux.jpg Voilà, c’est fait, c’est officiel (et j’ai honte pour le Maire de Paris) le faire-part de décès des moineaux a été publié et placardé (sous forme de deux affichettes) dans tous les parcs et jardins de la Ville. J’ai regardé la liste de près: le moineau n’est même plus mentionné ! J’ai bien cherché, pensant qu’ils lui avaient donné une taille de moineau. Mais non, il a bel et bien disparu de la liste comme il avait déjà disparu des rues, des jardins et des terrasses des cafés. Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais plus ils vous parlent de “biodiversité” et moins il y en a. Donc plus de moineaux à Paris. Comme si ça pouvait être une consolation, ils vous dressent la liste des autres espèces (qu’on ne voit jamais d’ailleurs) : rougequeue noir, martinet noir, faucon crécelle, hirondelle de fenètre, orpin âcre, pipistrella commune (ça c’est pour ne pas dire chauve-souris), étourneau sansonnet, rougegorge, fauvette grisette, accenteur mouchet, chardonneret …. Vous voyez : plus de moineau. Et tiens, il n’y a plus de merles non plus ! Non mais je rêve, c’était mon oiseau favori et ils l’ont tué lui aussi. J’ai honte pour la Mairie qui a laissé se développer la pollution, les désherbants et les produits toxiques qui ont tué les merles et les moineaux. Et les abeilles aussi. Shame, shame, shame ! Aux prochaines élections, je vote pour Saint-François d’Assise qui, lui au moins, savait parler aux oiseaux !

J’en avais déjà parlé en 2003 !

Mes petites soeurs les hirondelles

L’abre cache toujours la forêt. Et les maisons aussi parfois !

arbre_jacob1.jpg
Tout à l’heure je me balladais rue Jacobs. Et je suis tombé sur cet arbre qui est toujours là, fidèle… Je ne sais pas pourquoi je me suis dit : “tiens, une toile de Magritte en plein Paris”… Mais quand je suis rentré, j’ai vérifié et la toile de Magritte n’est absolument pas comme ça : il manque la nuit, le réverbère et l’eau… Donc ça n’a strictement rien à voir et on oublie. Mais bon, j’aime bien l’abre qui cache a maison. Souvent dans ma tête il se passe des choses exactement comme ça : l’arbre cache totalement la forêt. Comme le nez au milieu de la figure. Mais quand les gens du 27 rue Jacob se lèvent le matin et qu’il y a des oiseaux qui chantent dans l’arbre, ça doit être tout simplement inoubliable. Et en automne, la couleur des feuilles doit être hallucinante de beauté…

L’abre est là (sur Google map)

“L’empire des lumières” la toile de Magritte qui n’a rien à voir

L’abre qui fait du Tai-Chi…

Nostalgie d’un autre arbre que j’aimais tant…(post de 2003)

J’suis encore en rage, mais avec le froid ça tient chaud !

itunes-u.jpg

Bon, je suis encore en rage. Toujours sur les problèmes d’éducation. Parce que nos ministres et parlementaires accumulent les lois, les décrets et les circulaires sans arriver à comprendre que, dans bien des cas, les solutions sont désormais technologiques. C’est ce qu’a compris Apple depuis longtemps, qui vient de créer – en collaboration avec toutes les grandes universités américaines – un système tout simplement révolutionnaire. Il y avait déjà iTunes Store (où on pouvait télécharger de la musique, des vidéos ou des film). Eh bien maintenant ils ont crée l’iTunes-U (avec un U comme Université) qui devient une rubrique spéciale au sein de l’iTune Store. Et qui propose gratuitement des cours magistraux, des travaux de labos scientifiques et autres contenus éducatifs, pédagogiques ou de recherche réalisés directement par les plus grandes universités américaines (Stanford, Berkeley, MIT, Yale etc). Ce n’est plus seulement une révolution multimédia numérique, c’est une révolution pédagogique et un vrai système de partage des connaissance dont on se gargarise en France sans parvenir à rien d’autre qu’à des comités théodule débouchant sur encore plus de paperasse bureaucratique ! Le contenu d’iTunes-U peut être téléchargé sur son iPod en un simple clic pour être écouté à tout moment et en tout lieu : dans le bus, dans son lit ou dans sa baignoire… il est désormais aussi simple de s’instruire en écoutant une conférence que d’écouter de la musique. Et tout ça grâce à des partenariats magnifiquement construits patiemment entre Apple et les doyens des plus grandes universités (déjà plus de la moitié des 500 plus grandes écoles américaines distribuent des contenus numériques à leurs étudiants). Et pendant ce temps là, vous savez ce qu’ils font nos gaulois de doyens français ? Et ce que font nos parlementaires ? Et ce que font nos ministres ? Ils se gargarisent de la devise républicaine et c’est tout. Pathétique. Et le pire, vous savez quoi ? C’est que le projet a déjà été étendu bien au-delà des universités : le Smithsonian Institute s’y est mis aussi, et le MoMa (musée d’art moderne) aussi et donc peu à peu la vague pédagogique s’étend bien au delà des campus ! (iTunes-I beyond campus”). Et tout ça dans votre poche, sur votre iPod. Et ça n’intéresse personne en France. Pendant que le monde bouge, nos gaulois font des réformes sur le papier. Et dans vingt ans, les étudiants américains seront largement devant.

Ce que les universités américaines font avec iTunes-U

Et rappel d’un post récent où j’avais déjà soulevé ce lièvre de la pédagogie numérique (qui m’avait d’ailleurs valu une volée de bois vert d’adeptes de la lustrine et du système des dinosaures)

Ne plus perdre une seconde à des activités futiles !

sousmarin1.jpg

Beaucoup de gens, complètement désabusés, disent qu’il n’y a plus d’aventure possible aujourd’hui dans un monde désormais totalement connu et inventorié. Qu’il n’y aurait plus qu’à aller chercher des cailloux sur la lune ou sur mars. Ou regarder des matches de foot à la télé… Eh bien il y a quelqu’un qui nous dit le contraire : qu’au début du XXIe siècle les deux-tiers de la planète sont encore inexplorés ; notamment les océans qui occupent près de 99% de la planète… Elle s’appelle Claire Nouvian, et les océans elle les parcourt depuis plus de dix ans pour photographier la faune sous-marine. Et ce qu’elle a vu est tout simplement magnifique.

claire_nouvian.jpg Mon projet, nous dit Claire, a totalement bouleversé ma relation au temps : je ne veux plus perdre une seconde à des activités futiles quand il y a tant et tant de choses passionnantes et utiles à accomplir.

Ah ça fait du bien d’entendre ça quand on se lève le samedi matin !

Vous pouvez voir d’autres photos étonnantes sur son site.

Photo : Chondrochladia lampadiglobus. Profondeur : 2600-3000 m. Hauteur : 50 cm © 2003 MBARI

Tomber amoureux dans une gare de triage !

gare_migennes2
.
Comme chacun sait, la gare de Laroche-Migennes est une gare de triage célèbre parce qu’elle fut longtemps un noeud ferroviaire et un véritable carrefour à la grande époque où les machines étaient encore à vapeur. Comme la gare était à égale distance de Dijon et de Paris, c’était là que se faisait l’échange des locomotives qui tiraient la langue et s’arrêtaient toutes là parce qu’elles qu’il fallait les réalimenter en charbon et en eau…

Bon, c’est ce que me racontait mon grand-père mais ce n’est pas la raison pour laquelle je vous en parle. C’est parce qu’hier Dominique m’a dit que Pauline avait un chagrin d’amour. Et que ça m’a rappelé ce que disait Jules Renard – quelque part dans son Journal.

Il disait qu’il fallait toujours emmener la personne dont on était fou amoureux dans un petit hôtel, dans une toute petite ville de province et si possible dans une chambre au-dessus d’une gare de triage. Et que si votre amour résistait à la laideur du lieu et au sifflement des locomotives, vous pouviez fonder quelque espoir sur sa solidité !

Je n’ai évidemment jamais suivi les conseils de Jules Renard mais chaque fois que je pense aux gens qui tombent amoureux je pense à la gare de triage de Laroche-Migenne. Pas très romantique je le reconnais !

NB. Jules Renard n’a évidemment parlé ni de gare de triage ni de Laroche-Migennes ; c’est moi qui le rajoute parce que je trouve que ça fait plus couleur locale et que ça m’amuse. Imaginez une sorte d’Hôtel du Nord poisseux dans un brouillard de charbon mouillé, de vapeur d’eau moite et de sifflement de locomotives suintant la suie… Bonjour la nuit ! Avec Arletty je me suicide carrément ; mais avec Audrey Hepburn je crois que le petit déjeuner serait radieux ;-) Finalement il n’est pas si bête ce Jules Renard : ça permet vraiment de voir avec qui on survit au quotidien. Ensuite – si ça s’est bien passé là – ce sera carrément le bonheur partout, n’importe où !

Hôtels de Laroche-Migennes si vous voulez essayer ! Mais ne dites surtout pas que vous venez de ma part ! Et lisez d’abord Jules Renard car si je me suis trompé ça la fout mal !

Sinon vous avez aussi l’Hôtel Matignon :-)

Wikipedia – la gare de Laroche-Migennes

Cochez bien que vous êtes vivant sinon vous êtes mort !

La caisse de retraite de Maman lui adresse régulièrement un document l’invitant à certifier qu’elle est bien vivante (histoire de continuer à lui verser sa pension).
case_cocher_c
Moi personne ne me demande jamais de certifier que je suis encore vivant. Il est vrai que je le suis de moins en moins à cause de cette immense fatigue. Mais, tout de même, je serais bien content de signer un papier de temps en temps pour dire que je suis encore là. Juste comme ça, pour le fun comme ils disent au Canada.

Ou alors qu’ils mettent trois cases avec : (1) mort (2) vivant (3) en train de mourir.

Comme ça je pourrai cocher la troisième case et on arrêtera de me demander comment ça va alors que je me cogne alzheimer du matin au soir.

Mes semaines avec Alzheimer c’est ça

Enfin de l’air dans les suites de Bach !

cello_01.jpg
Je n’ai pas l’habitude, dans ce blog, de faire de la publicité pour des disques. Surtout des Six Suites pour violoncelle seul de J-S.Bach que j’adore depuis que je suis tout petit et que je n’avais jamais entendues jouer de façon aussi inspirée. Ni par Fournier, ni par Casals, ni par Rostropovich, ni par Maisky, ni par Yo-Yo Ma (bon, ça fait pas mal de ni-ni célèbres mais, c’est vrai, à part Bylsma, je n’écoutais plus ces versions des grands maîtres). Et puis là, j’ai découvert l’interprétation lumineuse de Jean-Guilhen Queyras et c’est tout simplement magnifique de phrasé, de musicalité, de rythmes, de respirations, d’articulations.. Enfin il y a de l’air, de la respiration et de l’élgance joyeuse dans ces magnfiques suites. Et l’instrument (un Gioffredo Cappa de 1696) sonne et chante comme une viole de gambe. C’est souple, ça ondule… Ondulatoire et jubilatoire… J’avais entendu Queyras rapidement sur Radio Classique et me disais que son disque allait être difficile à trouver ; mais en allant à la FNAC hier, j’ai vu qu’il y en avait des piles et que c’est un disque archi connu et semble t-il massivement acheté. Tant mieux. Cela ne me gène pas d’arriver en retard quand c’est pour avoir un petit moment de bonheur.

Ecouter la Suite n°3 sur YouTube (8 minutes)
Le site de J-G. Queyras
A la FNAC pour 20 euros (trois CD dont un DVD documentaire sur l’enregistrement de la 3e suite)

Les plaisirs de la conversation

Le problème (un des problèmes), quand on s’occupe de quelqu’un qui a la maladie d’Alzheimer, c’est que les autres ne se rendent pas compte de l’état de délabrement physique, psychique, psychologique, moral, spirituel, métaphysique dans lequel on se trouve. Mais bon, c’est comme ça et il vaut mieux ne pas en parler parce qu’ils n’aiment pas trop sortir leurs têtes d’autruches profondément enfoncées dans le bon sable chaud de leur indifférence. Mais, juste pour vous donner une idée, voici un graphique représentant une conversation que j’ai eue hier avec maman :

en vert c’est ce que je lui dis, et en rouge ce sont ses réponses. Par exemple là c’était une longue discussion pour savoir où étaient ses lunettes. J’ai cherché pendant plus d’une heure partout, dans tous les coins et recoins (surtout dans les endroits les plus plausibles : frigidaire, vases, chaussures, cafetière etc…). Et, comme vous le voyez sur la courbe rouge, l’aide de maman a été relativement faible (juste deux petites indications pour m’aider à les trouver : le grille-pain et le pot de cornichons). La courbe verte qui descend, à la fin, c’est quand j’ai finalement retrouvé les lunettes : dans la poubelle sous les épluchures de pommes de terre et les fleurs coupées… Après, ce n’est même plus sur le graph tellement c’est descendu bas : c’est quand mon appareil de photo est tombé de ma poche dans l’évier de la cuisine. Je l’ai retiré aussitôt mais c’était trop tard : tous les systèmes électroniques étaient morts. Moi aussi.

—–
Autres petits bouts d’Alzheimer …
Mon cerveau fait comme les marrons en hiver…
Je deviens traducteur de ce qui n’a pas été dit
Une boite pour le huitième jour de la semaine
Au troisième top du baromètre il sera 17heures
Oh mais j’aurais tellement aimé vous aider !

Ne le dites à personne mais j’ai vu les fesses de la joconde !

joconde_dos1.jpg C’est marrant, mais je vois toujours ce que je ne devrais pas voir (j’en ai déjà parlé ici pour ma plus grande honte). Aujourd’hui, j’ai vu le dos de la Joconde que je vous présente en exclusivité sur ce cliché secret du Louvre : reculez-vous légèrement ou froncez légèrement les sourcils et vous verrez très nettement le dos de Mona Lisa, ses omoplates, l’ombre le long de la colonne vertébrale, la chute des reins et les deux fesses de la Joconde…. Le cliché est authentique et je vous jure que je n’ai pas triché ni bidouillé la toile dans Photoshop. Ce que vous voyez en exclusivité est vraiment le dos de la Joconde. Oui, bon, d’accord, à force de regarder, carrément hypnotisé par ce que je voyais, j’ai attrapé un torticoli et j’ai peut-être un peu menti. Mais vous pouvez voir ce que j’ai vu en penchant la tête à 90°… ou en cliquant sur le lien ci-dessous “continue reading”
Continue reading

Qu’ils commencent déjà par rendre le Tibet !

chine_jo_02
.
Bon, je ne vais pas me mettre à faire de la politique sur ce blog. Mais juste trois ou quatre choses en vitesse. Continue reading

Youpi, j’ai des lunettes faites par Pierre Soulages !

soulages_lunettes_03.jpg Je dois avouer que lorsque j’ai demandé à Pierre Soulages de me refaire mes lunettes j’avais une petite idée en tête : j’ai toujours préféré être à l’intérieur des églises plutôt qu’à l’extérieur. Et comme le monde extérieur me déçoit passablement en ce moment (passablement est un mot faible), je me suis dit que ce serait sympa de se sentir tout le temps à l’intérieur d’une abbaye cistércienne, histoire de retrouver un peu de paix intérieure… J’ai donc aussitôt pensé à demander à Soulages de me faire des vitraux comme il les avait réalisés à Conques, pour l’abbatiale Sainte-Foy, magnifique chef-d’œuvre de l’art roman des XIe et XIIe siècles.

Je ne vous raconte pas toute l’histoire (déjà racontée ici) mais le fait est qu’il a gentiment accepté… Pour tout vous dire je suis un peu déçu du résultat. D’abord parce que j’ai l’impression d’être enfermé dans une prison construite par Buren (un comble quand on voulait Soulages); et ensuite parce que ça me fatigue les yeux. Bon, de temps en temps on se trompe, faut l’admettre. Mais pour ne pas faire de peine à Pierre Soulages je les porte quand même le dimanche matin…

Mais le but de ce billet n’était évidemment pas de vous montrer mes lunettes mais de vous emmener sur la stupéfiante visite virtuelle en panoramique de l’abbatiale de Conques. C’est à tomber carrément à la renverse tellement c’est bien fait. Allez-y-vite et balladez vous… C’est ici, sur le site étonnant d’ecliptique

——–
Attention respect
L’outrenoir de Soulages
Des croquis inédits de Soulages
apres_le-noir-d-alzheimer

Artsy’s Pierre Soulages page

Paris sous la pluie…

pluie_eiffel2© Christophe Jacrot

Un blog avec quelques très belles photos de Paris sous la pluie et qui s’ouvre avec cette merveilleuse citation de Pierre Dac…

il vaut mieux qu’il pleuve un jour comme aujourd’hui plutôt qu’un jour où il fait beau

… ne peut être qu’un beau blog. Le photographe s’appelle Christophe Jacrot et son site est ici

Au-delà de 10, je ne sais pas comment on fait…

chinois_compter.jpg

Amusante cette petite vidéo de Thomas Crampton sur la manière chinoise de compter avec ses doigts. Je ne sais pas si ça peut vous servir mais bon, elle est ici. Moi pas besoin, j’ai mon petit boullier…

Marre des souris transgéniques !

photosmallworld3.jpg

Si vous avez cinq minutes, allez voir les magnifiques oeuvres des gagnants du concours Nikon de la photographie microscopique. Je n’aime pas du tout le premier prix (parce que c’est un embryon de souris transgénique et que je n’aime pas du tout ça, ni le transgénique, ni les embryons et encore moins les embryons transgéniques) mais il y en a beaucoup d’autres, toutes magnifiques. C’est ici

Le premier prix c’est cette chose là (beurk)
photosmallworldsouris.jpg

Rien à voir avec ces horribles souris vertes

Les saint et les héros dépriment eux aussi !

beatrixpotter2_.jpg
Je lis ce matin, sur le site du Figaro, qu’après les récentes disparitions de deux malades tuées par leurs maris, l’association France Alzheimer craint de nouveaux cas. Que la décision de mourir soit prise à deux ou pas, l’épuisement, le stress ou la dépression sont présents dans tous les cas. “Il faut avoir à l’esprit à quel point l’accompagnement du compagnon malade est éprouvant”, remarque Éric Fiat, philosophe et responsable d’un master d’éthique médicale. “À moins d’être un saint ou un héros, il est impossible, par moments, de ne pas être tenté par la haine, la violence ou le dégoût”.. On sait que les conjoints aidants ont une espérance de vie plus courte et des défenses immunitaires affaiblies. Alors que 70 % des malades vivent à domicile, l’association France Alzheimer insiste aujourd’hui sur la nécessité de soutenir les proches des patients.

Bon, espérance de vie plus courte et défenses immunitaires affaiblies… no comment.

Lapin © de Beatrix Potter

Un récit multimédia comme je les aime

torontostar.jpg

Vous faites un montage avec de magnifiques photos en noir et blanc, vous ajoutez une voix sublime, vous rythmez habilement avec un musique à tomber à la renverse et vous obtenez ce que je viens de voir, que je trouve renversant de simplicité et de beauté. Et que les gens ne font malheureusement plus, parce qu’ils pensent qu’il faut que ce soit compliqué, technologique, plein d’abus de transitions dans Final Cut Pro, plein de filtres et d’effets prétentieux dans AfterEffects… Là, rien de tout ça. Et c’est carrément beau !

Le procès de Conrad Black (Photographe : Lucas Oleniuk – Journaliste, script et voix: Jennifer Well). Edité par le Toronto Star de Chicago sur son site. Bravo !

Zut, ils l’ont retiré. Mais on le trouve encore sur YouTube. Ici.


Si Le Monde ou Libé nous faisaient des trucs comme ça, ce serait bien. Mais on ne serait plus en France :-(

Les vers de terre ne sont pas un détail de la civilisation !

bourguignon01.jpg

Bon, ces derniers soirs, pour échapper à la pauvreté du Grenelle de l’Environnement et à l’hystérie nationaliste du rugby, je me suis plongé dans l’histoire autrement plus passionnante des vers de terre. Continue reading

%d bloggers like this: