on n’attend pas tous la même chose dans la vie…


J’aime bien cette carte. La petite fille prie pour rendre grâce mais sa petite chienne impatiente fixe l’oeuf avec une seule idée en tête : qu’on passe vite aux choses sérieuses et qu’on se décide enfin à l’ouvrir cet oeuf à la coque ! C’est souvent comme ça dans la vie : on n’attend pas tous la même chose, ni avec la même impatience …

Suspense, Charles Burton Barber (1845-1894)

La mémoire de certains soirs de Noël …

switchie_oeil.jpg

Switchie c’était ma petite chienne… morte il y a quatorze ans un soir de Noël. Même avec ma mémoire totalement pulvérisée, le coeur se serre comme si c’était hier… C’est curieux la mémoire… il y a des moments qui ne s’effacent pas ; et d’autres qui sont totalement pulvérisés…

Switchie in memoriam
Disparaitre dans un calendrier de l’Avent

C’est marrant la mémoire…

viande_switchie .jpg C’est marrant la mémoire : je ne devrais pas dire ça à cause d’alzheimer, mais tout à l’heure, en découpant de la viande pour le dîner, me saute à la figure le souvenir de switchie quand je lui découpait son bourguigon et qu’elle en bavait, comme dans les BD, sur les tomettes de la cusine… Cela fait onze ans qu’elle est partie cacher ses os dans les recoins du jardin d’Eden et pourtant, ce soir, paf, ça me revient comme si c’était hier… Je suis trop sensible !

Fluffy on ne t’oublie pas !

fluffy400471.jpg

Fluffy, juste trois petites lignes pour dire qu’on pense à toi ! Je ne suis évidemment pas un grand peintre ni très doué avec mes pinceaux numériques mais enfin, bon, voilà, maintenant tu es aussi dans mon blog. Normalement tu dois avoir retrouvé Switchie qui doit déjà t’avoir expliqué où elle a enterré ses os au Paradis ! Passez du bon temps tous les deux à les déterrer ! Hâte de vous rejoindre ! Je viendrai avec les saucisses !

Switchie (in memoriam)

Switchie était ma petite chienne morte un soir de noël…

switchie_oeil.jpg

24 décembre 1993…

Il y a sur le devant de mon visage
deux petites fenêtres rondes
derrière lesquelles, assis au balcon,
j’ai vu des choses étonnantes.
J’ai vu des oies cendrées s’envoler de la page blanche d’un haïku
et des corneilles tournoyer à la cime des grands platanes,
J’ai vu l’immensité de la voie lactée au-dessus de ma tête
et des coccinnelles se poser sur le bout de mon doigt
J’ai vu la pluie briller sur les vieilles pivoines du jardin
et détaler les petits lapins de la Dame à la Licorne
J’ai vu la neige tomber à gros flocons en hiver
et les pattes des oiseaux dans la neige
et des palais de brique rouge sur des piazzas de toscane
et et des coquelicots dans les champs de blé
et des milliers d’étoiles dans les grands ciels d’été
et la lumière sur la pierre chaude des petites églises romanes
et la couleur du basilic, et celle des carottes
J’ai vu le ciel des matins de printemps
quand il est à l’orient tout rose et bordé de bel azur limpide
J’ai vu le vert tendre des petits pois qu’on écosse
et le jaune d’or du parmezan à Sienne
J’ai vu les petits copeaux de bois qui tombaient de la table de mon luthier
J’ai vu s’ouvrir une à une les petites fenêtres des calendriers de l’Avent
et tomber les marrons en automne
et le vent courber les champs d’avoine
J’ai vu trembler l’épaule des chevaux et leurs grands yeux marrons,
J’ai vu passer des hirondelles
et aussi de très jolies femmes et à chaque fois j’ai pensé que le ciel descendait sur la terre,
J’ai vu sourire ma mère et passer les nuages dans le ciel
J’ai suivi les enseignements de maîtres tibétains
et vu leurs robes pourpres et orangées
et le jaune de l’automne quand les feuilles ont la couleur des dernières sonates de Haydn
J’ai vu des petits personnages dans des lointains des miniatures du XVe siècle
et la brume argentée des petits matins d’hiver
J’ai vu des merles les soirs de printemps
et quelques belles étudiantes sur les chaises du Luxembourg
J’ai vu les lapins d’Albrecht Dürer
et les Annonciations de Fra Angelico
et les abeilles sur les fleurs des champs
et le Dôme de Florence dans la brume des petits matins d’été
J’ai vu la joie des chiens quand on va les promener
et les doux yeux marrons d’un petit griffon
qui s’appelait Switchie
et qui m’a quittée un soir de noël
et puis
… je n’ai plus rien vu.
Les larmes
ont tout brouillé.

Texte provisoire. Commencé en novembre 1996, abandonné depuis et mis là, ce soir …

switchiegal.jpg

%d bloggers like this: