Les hommes ont failli. Il faudrait maintenant des anges pour sauver le monde.

junger_ange_AA
.
Je n’aurais peut-être pas du finir le Journal de Junger aujoud’hui. C’était encore une magnifique journée d’été, une belle lumière dorée descendait lentement sur les grands rudbeckias jaunes du Luco et je l’aurais carrément passée en 1944 avec des bombardiers vrombissant dans le ciel comme des rateaux mortels, des déflagrations secouant les maisons, le terrible roulement des bombes incendiaires, des nuages de fumée noire s’élèvant au-dessus de villes en flammes, des vies qui se désagrègent au milieu de décombres fumant qui assombrissent le ciel comme pendant une éclipse…

Continue reading

Voilà encore un job parfait pour moi : dérouleur du ciel !

Giotto_deplier_ciel
.
Il y a, dans la chapelle Scrovegni, à Padoue, peinte par Giotto une immense fresque du Jugement dernier. De chaque côté, deux anges – l’un côté soleil et l’autre côté lune – déroulent littéralement les cieux pour dévoiler les portes du Paradis. C’est exactement un métier que je pourrais faire ça : dérouleur du ciel.
Et ça ferait très bien sur mes cartes de visite

Depuis ce petit post, des amies se plaignent du temps qu’il fait. Je précise donc que je ne suis pas chargé de la météo. Mais que je voudrais bien être… “dérouleur du ciel pour dévoiler les portes du Paradis” ! C’est très différent évidemment.
Pourquoi le ciel est gris à Paris en septembre
La clé sous le paillasson du Paradis !
Qu’est ce qui nous ouvre le ciel ?
J’habiterais bien tout là haut, sur ce petit balcon dans le ciel…
Je ne suis pas le huitième Hogon
.
GIOTTO di Bondone, Last Judgment (detail), 1306, Fresco, Cappella Scrovegni (Arena Chapel), Padua

Oui, je sais j’ai encore
Continue reading

Nostalgie de la vieille Chrétienté du Moyen-âge…

anges_giotto
.
J’étais au Louvre hier soir avec Muriel pour voir la belle expo GIOTTO… Si vous voulez y aller, c’est ici

Mon Dieu que la vieille chrétienté du Moyen-âge était belle : avec ses milliers d’anges, ses annonciations, ses nativités, ses vies de saints, ses crucifixions…. C’est immense – et terrible – ce qu’on a perdu en vivant dans une société où règnent désormais en maîtres les nouvelles et dérisoires élites du matérialisme dialectique athée … Ils ont effacé tout ça délibérément, à grands coups d’éponge de laïcité combattante et de détestation haineuse de la vieille chrétienté … Parce qu’ils avaient une pensée bêtement profane et ils se sont comportés comme des profanateurs.

Oui, je sais que pour ceux qui ne l’ont pas connue, cette vieille civilisation n’a plus d’importance. Mais pour des vieux dinosaures comme moi, nés à l’époque du big bang, la nostalgie est immense. Rien que de regarder ces anges, je sens l’air vibrer… le silence se remplit d’une immensité spirituelle ineffable et pof, je saute dans une autre dimension du temps … (oui, je sais, je suis gravement atteint !).
.
Mes petites soeurs les hirondelles…
J’aime tellement cette Annonciation…
Sauter dans une autre dimension du temps
Le collège des Bernardins
.
Ci-dessous quelques autres liens pour se ballader… Continue reading

L’IRM cervicale a fait d’immenses progrès

[Ce post est un vieux post de 2007 mais comme je parlais de cet ANGE hier à Sabrina, je le remonte ici juste pour lui montrer la photo. Mais ça date d’il y a six ans : mon cerveau est pire aujourd’hui :-]
.
L’imagerie par résonance magnétique (IRM) a fait d’immense progrès au cours des dernières années. Grâce à une résolution spatiale et temporelle extraordinaire, elle révèle maintenant les moindres détails du fonctionnement du cerveau. La vue du mien est édifiante de précision (voir photo ci-dessous). Pratiquement plus de zones activées, plus de mouvement, des gravats… Heureusement il y a un ange là-haut … Peut-être va-t-il finir par faire quelque chose ?

dresden1945_2.jpg
Mon cerveau en 2008 après Alzheimer ou Dresde après les bombardements de février 1945 : c’est pareil !

L’ange de l’histoire de Klee
Liste des villes à protéger
Les journées avec Alzheimer
.
D’autres anges…
J’aime bien ces anges…
j’aime tellement cette Annonciation…
L’ange voleur d’étoiles,
Sûrement j’exagère
Wer wenn ich schreiee
L’ange des ruines de Dresden…
J’aimerais bien que Dieu m’accorde 3 secondes !
Pourquoi Fra Angélico a t-il peint ce trou ?
Des ailes (d’ange?) pour planer au-dessus de la mort …

Parfois c’est dur…

Vierge_AngesBleus

.
Il y a des weekends comme ça où il est particulièrement difficile de se réveiller après un rêve de la nuit…
.
© KONRAD von Soest, Mort de Marie

Ce surgissement mystérieux – fût-ce dans un rêve – du passé dans le présent, cette translation vertigineuse du lointain dans le proche, cette proximité de la personne disparue, presque intenable tellement elle est puissante, m’a fait rechercher ce que Jacques Darriulat avait dit à l’époque sur France Culture, dans une émission sur Proust, à propos de ce qu’il appelait “l’expérience des clochers de Martinville” ….
Continue reading

J’aime bien ces anges…

National Gallery, London – Wilton Diptych (partie de droite) 14th Cent. A appartenu à Richard II.
Continue reading

Posted in Confettis, sensible

Tags:

Permalink

Ciel me tombe sur la tête

Ciel m’est tombé sur la tête. Chute des anges… chute des Saints … de Dieu ?
Prier ? Qui ? Croire ? En qui ?
tout s’écroule tout à coup.
Pas qu’on y ait cru vraiment… Et pourtant si, on y croyait un peu.
c’est à dire vraiment…

Posted in sensible

Tags: , , , ,

Permalink

Une plume, relique de Saint Michel

Une plume, une ceinture, une épée… Voir le traité des reliques de Jean Calvin.
Ajouter ciel qui tombe sur la tête. Différence entre saint (reliques) et archanges.

Le rouge-gorge de Milosz frappe à la fenêtre gelée…

Deux phrases trottent dans ma tête en ce moment. Similitude ?

La première de Oscar Vladislas de Lubicz Milosz :

Si l’impossible attendu si longtemps

Frappait à la fenêtre, comme le rouge-gorge au coeur gelé,
Qui donc se lèverait ici pour lui ouvrir ?”

et la seconde de Rainer-Maria Rilke :

Si je criais,
qui donc entendrait mon cri parmi les hiérarchies des anges ?”

Wer wenn ich schriee…
Le poème de Milosz en entier
Le canari de Milosz
Le canari de Kazantzaki


Oui, je sais, l’image et la phrase de Milosz ne sont pas vraiment de saison mais peu importe : toutes les saisons sont belles !

Un repère pour les anges…


En passant devant les grilles du Luxembourg, je suis tombé en arrêt devant cette magnifique photo de la tour Eiffel dans les nuages… Ma photo de la photo est nulle mais celle qui est présentée sur les grilles est superbe : donc toutes mes plus vives excuses à Elodie Grégoire. Et un grand merci pour cette image que je trouve très inspirante et qui est presque un autoportrait (être un repère désespéré pour les anges avant de couler et de disparaitre complètement dans les nuages, je connais bien !)

Peut-être qu’ils n’ont carrément plus d’idées ?
Parfois je peux être bon public avec la tour Eiffel

J’aime cette Annonciation…

Angelico_Aile_Cortone2
.
J’aime cette Annonciation de Fra Angelico qui est au musée diocésain de Cortona … J’aime les grandes ailes de l’ange, trop grandes pour tenir à l’intérieur des colonnes et qui restent à l’extérieur en frissonnant dans la fraîcheur du jardin… C’est tout bête mais c’est le genre de détails qui me remplissent d’une joie immense :-)

Le trou dans l’aile de l’ange

Fra Angelico, Annunciation, 1433-34 – Tempera on wood, 175 x 180 cm. Museo Diocesano, Cortona

Des ultra-rayonnements de détresse qu’entendent les anges

rembrand_yeux_gd.jpg
Rembrandt, Autoportrait, 1630, eau-forte et burin, 51 x 46 cm, détail (Amsterdam).

rembrandt__yeux_mini.jpg J’ai reçu de Hollande un magnifique CD de musique baroque, le dernier enregistrement de Fred, un de mes amis luthiste d’Amsterdam. Sur l’enveloppe, il y avait l’autoportrait de Rembrandt. J’ai regardé pendant un long moment ces yeux étonnants et pensé à cette phrase de René Char (Feuillets d’Hypnos, 1943-1944) :

guillemets_noirs-TNR

Les yeux seuls sont encore capables de pousser un cri

Mes yeux poussent peut-être un cri identique en ce moment mais heureusement les gens ne les entendent pas. Et n’importe comment ça ne servirait à rien : la détresse d’alzheimer, seuls quelques anges pourraient l’entendre…et encore. Mais je ne peux pas en vouloir aux anges : ils ont beaucoup trop à faire pour l’instant sur la bordure de la galaxie !

Rilke parle de cette détresse dans sa Correspondance :

Enfin, il y a sûrement un degré de détresse qu’entendent les anges, des ultra-rayonnements de détresse que les humains ne perçoivent pas, qui traversent leur monde épais et ne peuvent faire retentir qu’au-delà, dans la lumière d’un ange, un violet sourd, douloureux, comme l’améthyste dans sa géode.

la détresse que seuls quelques anges pourraient entendre

De mon terrier, je vois très exactement ce qu’a peint Bosch

bosh_lapins.jpg

Il est clair que les lapins ont un sens aigu de la beauté, de la spiritualité et de l’extase mystique… Et que Hieronymus Bosch a donc très certainement été lapin dans une vie antérieure. Cela me frappe en rapprochant sa toile (à droite) de la photo que je viens de prendre du fond de mon terrier…

Hieronymus Bosch (1453-1516) Huile sur bois. Venise. Palais des Doges.

Je reconnais (je dois être un peu dérangé) que j’ai la manie des associations d’idées et des analogies

De mon terrier, je vois ce que Bosch voyait
Pouvoir décrire la lumière… si un jour elle disparaissait ?

Et le Décalogue, c’est pour les chiens ?

Au musée diocésain de Cortona, tout en haut à gauche de la magnifique Annonciation de Fra Angélico, il y a une minuscule représentation d’Adam et Eve chassés du Paradis comme des malpropres. Naturellement ces deux ânes sanglotent et versent des larmes de crocodiles comme s’ils avaient subi une grave injustice. On leur avait pourtant bien dit “touche pas à la pomme !”.

angelico_cortona_01.jpg

Tous les jours à la radio j’entends se reproduire la même histoire. On leur dit : “tu ne tueras pas”, “tu ne te taperas pas la femme du copain”, “tu ne voleras pas sa mobylette, “tu ne prendras pas le sens interdit avec ton Vélib’… etc – (il y en a douze comme ça dans le Décalogue) et, depuis la nuit des temps, ces crétins font exactement le contraire et mettent la planète à feu et à sang. Et quand il y a des montagnes de morts et des cadavres partout, ils pleurnichent devant les bains de sang et lèvent un index accusateur vers le ciel avec des trémolos dans la voix sur le mode “mais si Dieu est bon, comment a-t-il pu laisser faire le Mal ?” (avec un grand M naturellement). Comme si c’était Dieu qui avait tiré avec sa kalachnikov !

J’ai renoncé à comprendre et ai d’ailleurs décroché depuis longtemps : si je me rappelle bien, c’était c’était au moment où Dieu a dit : “touche pas à cet arbre !”. Quand j’ai vu Eve bouffer la pomme, je crois bien que c’est là que je me suis dit : faut que je me tire vite fait parce que ces gens sont des malades mentaux et ils vont foutre la merde. Je ne me suis malheureusement pas tiré à temps. Mais j’avais raison : ils ont vraiment foutu la merde !

Pour ceux qui ne savent pas, Cortona est ici, entre Siena et Perugia…

Ci-dessous, quelques liens juste pour se ballader dans se blog et continuer à radoter :

A propos d’HONNETETE :
et la vie serait belle ! [j’en ai déjà parlé à l’époque, en 2004 et donc je fais juste un lien]
Adam et Eve me tapent sur le système !

A propos de MENSONGES :
La République ment depuis tellement longtemps
Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose
Cahuzac, Bernheim etc
Mentez il en restera toujours quelque chose

A propos de CONFIANCE :
C’est beau la confiance…
Je suis complètement idiot de faire confiance !
Je (ne) fais (pas/plus) confiance à la justice de mon pays

Sûrement j’exagère

Bon, c’est sûr, j’exagère toujours un peu. Mais quand je vois les petits lapins de la Dame à la Licorne, je pense aussitôt à une Annonciation de Fra Anglélico… C’est comme ça que ça se passe dans ma tête. Je vois une chose et je pense à une autre chose… Souvent je mélange aussi un peu le rêve et la réalité mais ça m’aide parfois à supporter cette dernière …

angelicolicorne.jpg

L’ange voleur d’étoile
J’aime bien ces anges

Wer wenn ich schriee …

sixtine_anim3.gif

Wer wenn ich schriee,
hörte mich denn aus der Engel Ordnungen ?

(Si je criais, qui donc entendrait mon cri parmi les hiérarchies des anges ?) Première phrase de la première Elégie de Rainer Maria Rilke. En ce moment, je pense la même chose. Dieu m’a abandonné.

[pour les impatients, la petite anim rejoue toutes les dix secondes] ;-)

Les ultra rayonnement violets de détressee

Des ailes (d’ange ?) pour planer au-dessus de la mort …

Muriel, qui a beaucoup de courage, me parle de son père qui vient de mourir et me montre une carte avec cette belle aile de Dürer, presque celle d’un ange… En rentrant chez moi, je feuillette les lettres de Van Gogh à Théo et trouve ces quelques phrases :

“Des ailes pour planer au-dessus de la vie!
“Des ailes pour planer au-dessus de la tombe et de la mort!”

(12 septembre 1875)

“Une lettre de mon père m’a appris ce matin la mort de l’oncle Jan. Une nouvelle de ce genre nous incite à répéter : Seigneur, attachez-nous intimement les uns aux autres et que notre Amour pour Vous rende ce lien de plus en plus solide”. [1er septembre 1875]

“Je lutte avec une toile commencée quelque jours avant mon indisposition ; un faucheur, l’étude est toute jaune, terriblement empâtée, mais le motif est beau et simple. Je vis alors dans ce faucheur l’image de la mort (…). Mais dans cette mort rien de triste, cela se passe en pleine lumière avec un soleil qui inonde tout d’une lumière d’or fin”… [septembre 1889]

Courage Muriel… Tu sais qu’il n’y a pas que les anges qui ont des ailes pour planer au-dessus de la mort. Et que ta vie continue d’être inondée de cette belle lumière d’or fin…

Albrecht Dürer – Aile. 1512. Aquarelle et gouache sur vélin. Graphische Sammlung Albertina, Vienne.

.
D’autres anges…
L’ange de l’histoire de Klee
J’aime bien ces anges…
L’ange voleur d’étoiles,
Sûrement j’exagère
Wer wenn ich schreiee
L’ange des ruines de Dresden…
J’aimerais bien que Dieu m’accorde 3 secondes !
Pourquoi Fra Angélico a t-il peint ce trou ?

Les simples de Dürer
Une chauve-souris de Dürer
Les petits tonnelets de Dürer
Le magnifique lièvre de Dürer…

Wer wenn ich schriee, hörte mich denn aus der Engel Ordnung

angelico_marco10.jpg J’ai remarqué que lorsque la vie était trop difficile – depuis alzheimer notamment mais déjà avant – , il y avait peut-être trois choses qui me procuraient une paix intérieure quasi instantanée et une fraîcheur presque immédiate : le chant des merles, certaines pièces de Bach et cette Annonciation de Fra Angélico, en haut de l’escalier du couvent San Marco à Florence… Je l’appelle souvent intérieurement à la rescousse quand les choses vont mal et que je m’approche de ce degré de détresse dont parle R-M. Rilke : “un degré de détresse qu’entendent les anges, des ultra-rayonnements de détresse que les humains ne perçoivent pas, qui traversent leur monde épais et ne peuvent faire retentir qu’au-delà, dans la lumière d’un ange, un violet sourd, douloureux, comme l’améthyste dans sa géode”…
Quand on entend ces ultra rayonnements violets de détresse c’est évidemment que les choses ne vont plus très bien ici bas. On sait qu’on aura beau crier intérieurement, l’aide ne viendra de nulle part, comme dans la première phrase de la première Elégie de Duino : “Wer wenn ich schriee, hörte mich denn aus der Engel Ordnungen” ? (Si je criais, qui donc entendrait mon cri parmi les hiérarchies des anges ?).

L’Annonciation en entier.

angelicomarco500_347.jpg

En y réfléchissant, je me rends compte qu’il n’y a pas que ces trois choses qui me calment. Il faut que j’ajoute les hirondelles dans les ciels d’été, les cloches en italie, l’Aria des Goldberg, la lumière des petits matins d’été, la couleur des champs de blé dans la lumière du soir et … bon il va falloir que je fasse une liste exhaustive. J’avais commencé la liste de petits bonheurs mais il faut que je la complète sérieusement.

Wer wenn ich schriee…
Peut-être que Dieu en a assez…
.
D’autres anges…
L’ange de l’histoire de Klee
J’aime bien ces anges…
L’ange voleur d’étoiles,
Sûrement j’exagère
L’ange des ruines de Dresden…
J’aimerais bien que Dieu m’accorde 3 secondes !
Pourquoi Fra Angélico a t-il peint ce trou ?
Des ailes (d’ange?) pour planer au-dessus de la mort …

“…du paradis souffle une tempête qui s’est prise dans ses ailes…”

Klee,_Angelus_novus
.

« Il existe un tableau de Klee qui s’intitule Angelus Novus. Il représente un ange qui semble avoir dessein de s’éloigner de ce à quoi son regard semble rivé. Ses yeux sont écarquillés, sa bouche ouverte, ses ailes déployées.

Tel est l’aspect que doit avoir nécessairement l’ange de l’histoire. Il a le visage tourné vers le passé. Où paraît devant nous une suite d’événements, il ne voit qu’une seule et unique catastrophe, qui ne cesse d’amonceler ruines sur ruines et les jette à ses pieds. Il voudrait bien s’attarder, réveiller les morts et rassembler les vaincus.

Mais du paradis souffle une tempête qui s’est prise dans ses ailes, si forte que l’ange ne peut plus les refermer.

Cette tempête le pousse incessamment vers l’avenir auquel il tourne le dos, cependant que jusqu’au ciel devant lui s’accumulent les ruines. Cette tempête est ce que nous appelons le progrès.»

Walter Benjamin, Thèses sur la philosophie de l’histoire
[texte de Wikipedia]
Angelus Novus, aquarelle de Paul Klee, 1920
.
D’autres anges…
J’aime bien ces anges…
j’aime tellement cette Annonciation…
L’ange voleur d’étoiles,
Sûrement j’exagère
Wer wenn ich schreiee
L’ange des ruines de Dresden…
J’aimerais bien que Dieu m’accorde 3 secondes !
Pourquoi Fra Angélico a t-il peint ce trou ?
Des ailes (d’ange?) pour planer au-dessus de la mort …


L’IRM cervicale a fait d’immenses progrès
Les journées avec Alzheimer

L’ascension des âmes dans le tunnel de lumière

boshairport4.jpg Depuis des années, j’ai sur mon mur un grand poster représentant une partie du magnifique diptyque du Paradis Terrestre et de l’Ascension des Ames de Hieronymus Bosch, conservé au Palais des Doges à Venise. Avec la célèbre image du tunnel de lumière où de grands anges magnifiques arrachent les âmes bénies à une pénombre d’ébène pour les guider – par une étonnante ascension dans un rayonnement incandescent – vers la lumière éblouissante du Paradis dont Dante, dans la Divine Comédie, parle si admirablement. Depuis des années, cette image de Bosch est définitivement fixée sur ma rétine et je suis souvent frappé par des analogies étonnantes qui me troublent : comme par exemple ici, avec cette photo prise dans le tunnel d’un terminal d’aéroport… Je ne peux pas regarder ce tube de verre lumineux sans penser aussitôt à cette peinture de Hieronymus Bosch.

Hieronymus Bosch (1453-1516) Huile sur bois. Venise. Palais des Doges.

PS. Depuis que j’ai mis cette image, beaucoup d’amis (Muriel et Delphine notamment) me disent : “mais c’est l’image de la lumière qu’on voit quand on sort du coma”. Peut-être que c’est cela et aussi l’au-delà de la mort ou l’autre côté de la vie… Je n’ai évidemment jamais voulu comparer les aéroports au Paradis! Je voulais simplement souligner l’analogie entre les deux images… Quant à la lumière qu’on voit quand on sort du coma… euh, hé bien je ne connais pas encore.

——–
voir également ce que je vois de mon terrier…

L’Inventaire de la Voie Lactée et le petit ange voleur d’étoiles

ange222

“C’était bien la huitième fois qu’ils refaisaient l’Inventaire et il manquait toujours une étoile…

Malgré leur fatigue, les ailes usées par le rayonnement cosmique, les anges s’assirent une nouvelle fois et recomptèrent les étoiles une à une. Sur le grand Livre à tranche d’argent s’alignaient les minuscules croix dorées :

neuf étoiles et un trait pour barrer les dizaines…

Encore essoufflés par leur troisième voyage aux confins de l’univers, les Séraphins se posaient les uns après les autres, époussetant sur leurs épaules des nuages de poudre d’étoile : Cassiopée: 6, le Centaure : 13, Andromède: 6. Les anges s’affairaient, comptant et recomptant :

vingt-cinq et neuf, 34, je pose 4 et je retiens trois…

Il restait à peine mille heures avant l’aube du Jeudi-Saint et il fallait impérativement terminer l’Inventaire pour l’octave de la Sainte Madeleine.

291 et 9 qui font 300…

Quand les anges de la Voie Lactée revinrent, innondés d’une lumière fraîche et joyeuse comme une giboulée de mars, on en était à 392,32 milliards. On retrancha Saturne, Jupiter, Vénus et Mercure et on ajouta Orion, Pégase et les mille-vingt-trois étoiles de la galaxie du Tigre. Les Archanges envoyés au-delà de la Couronne Boréale se posèrent les plumes paillettées de neige : 2561 pour le Baudrier du Griffon… Les anges du septième ciel revenaient les cheveux couverts de brins d’or arrachés aux galaxies spirales :

et 6782 pour le Triangle Austral…

Cela faisait encore 495,357 milliards et il manquait toujours une étoile..

A l’écart de l’immense tournoiement de plumes, emmitouflé dans une grande écharpe aux couleurs de l’aube, un petit ange était assis sur un imperceptibe rayon d’éternité. Songeur, les yeux perdu sur la courbure de l’univers, il accompagnait de son tambour la musique des sphères, pure et douce comme un filet d’orgue s’élevant dans le silence argenté du cosmos.

A son oreille gauche, pendait l’étoile qui manquait au grand Inventaire : petite boucle d’oreille corail qu’il avait volée la veille dans la constellation du Crabe….”.
.
ange222mini

(Ange de Fra Angelico)


Quelques étoiles…

Sûrement j’exagère
Les ultra rayonnements violets de détresse
J’aime bien ces anges

%d bloggers like this: